Recherche

P-au-P, 22 janv. 2018 [AlterPresse] ---- Les quatre sénateurs de l'opposition Nenel Cassy, Evalière Beauplan, Ricard Pierre et Antonio Cheramy dénoncent la mainmise du Parti haïtien tèt kale (Phtk) et alliés sur le parlement.


Le fait que toutes les commissions permanentes soient présidées par le parti au pouvoir et ses alliés met fin au débat contradictoire au sénat, estiment-ils, dans une correspondance adressée au président du grand corps Joseph Lambert, en date du 19 janvier 2018.
L'arrivée à la tête de toutes les commissions des proches de Phtk et alliés, marque la fin du contrôle parlementaire, déplorent les quatre sénateurs de l'opposition. « Le pays est donc livré aux loups roses (couleur du Phtk) », déplorent-ils.
Les décisions qui seront prises en conférence des présidents et des commissions n'engageront pas le groupe, affirment les quatre sénateurs à l'attention du président du sénat et du public.
Le groupe dit qu'il mènera désormais sa bataille dans les rues aux côtés de la population pauvre livrée à elle-même. Le combat contre la tyrannie, le despotisme, le totalitarismeP-au-P, 22 janv. 2018 [AlterPresse] ---- Les quatre sénateurs de l'opposition Nenel Cassy, Evalière Beauplan, Ricard Pierre et Antonio Cheramy dénoncent la mainmise du Parti haïtien tèt kale (Phtk) et alliés sur le parlement.
Le fait que toutes les commissions permanentes soient présidées par le parti au pouvoir et ses alliés met fin au débat contradictoire au sénat, estiment-ils, dans une correspondance adressée au président du grand corps Joseph Lambert, en date du 19 janvier 2018.
L'arrivée à la tête de toutes les commissions des proches de Phtk et alliés, marque la fin du contrôle parlementaire, déplorent les quatre sénateurs de l'opposition. « Le pays est donc livré aux loups roses (couleur du Phtk) », déplorent-ils.
Les décisions qui seront prises en conférence des présidents et des commissions n'engageront pas le groupe, affirment les quatre sénateurs à l'attention du président du sénat et du public.
Le groupe dit qu'il mènera désormais sa bataille dans les rues aux côtés de la population pauvre livrée à elle-même. Le combat contre la tyrannie, le despotisme, le totalitarisme, la corruption et l'avidité continue, poursuivent-ils.
Les quatre sénateurs dénoncent la main mise sur non seulement les six postes du bureau par le groupe Phtk et alliés, mais aussi la main mise sur toutes les commissions.
La mise à l'écart de l'opposition dans la gestion totale du grand corps constitue la catastrophe démocratique la plus spectaculaire depuis l'histoire même du sénat de la république, fustigent-ils.
À travers ce geste, le groupe Phtk et alliés montre qu'il n'a aucun respect pour le jeu démocratique, pour l'alternance politique et pour les lois de la république, car leur cupidité, leur avarice constitue une violation systématique de la Constitution, critiquent-ils.
Les sénateurs Antonio Cheramy qui présidait la commission des affaires sociales et du travail, Evalière Beauplan qui était à la tête de la commission des affaires étrangères et Nenel Cassy à la tête de celle de l'économie et des finances sont remplacés, respectivement, par Wanique Pierre, Nawoom Marcelus et Rigaud Bélizaire.
Par ailleurs, à la chambre des députés, l'Alliance des parlementaires pour Haïti (Aph) regroupant Phtk et alliés préside quatorze commissions, le bloc Vérité-Opl et alliés deux, les blocs du Groupe des parlementaires pour la stabilité (Gps) et des parlementaires à l'écoute du peuple (Gpep) deux commissions chacun.
Aucune entente n'a encore été trouvée concernant la façon dont les 20 commissions permanentes de la chambre des députés seront partagées entre les 4 blocs politiques inscrits.
Des séances ont été mises en continuation les mardi 16 et jeudi 18 janvier 2018, à la chambre basse, pour tenter de faciliter le consensus au niveau des blocs, à cause du grand enjeu qui existe.