Recherche

Festival PaP Jazz veut redorer le blason d’Haïti à travers le tourisme

Les principaux organisateurs du Festival International de Jazz de Port-au-Prince mettent les bouchées doubles et concoctent en cuisine une belle 12e édition qui rassemblera du 20 au 27 janvier 2018 de grosses pointures et des musiciens au succès planétaire.
La programmation au complet, n'a pas été dévoilée, mais Miléna Sandler, ainsi que son mari-batteur Joël Widmaier veulent faire du tourisme leur cheval de bataille. C'est que ce grand rendez-vous artistique où Brandford Marsalis, Sandra N'Kaké, Laurent de Wilde, Anne Pacéo, Christian Scott ou encore Richard Bona sont déjà passés, donne l'occasion de visiter Haïti et d'être imprégné de sa richesse culturelle.
Ils s'associent à plusieurs jeunes opérateurs locaux pour offrir des packages à tous les touristes, visiteurs et journalistes étrangers qui fouleront le sol haïtien. Ils profiteront de notre gastronomie, de nos plages au sable fin et du soleil. Ils pourront visiter nos sites, apprendre de notre cuisine et de notre culture, a laissé entendre Miléna Widmaier, secrétaire générale de la Fondation.
Question de donner un bout de visibilité à l'événement, « nous avons pris des encarts dans des magazines de jazz en ligne dans le but d'aller vers un public différent », a exprimé Milena lors d'une conférence de presse tenue le jeudi 5 octobre à 10h du matin à l'hôtel La Lorraine. « Une firme travaillera sur les relations de presse avec de grands medias américains ».
Pour elle, comme pour les autres opérateurs présents à l'occasion, « Haïti a beaucoup à offrir : sa culture, sa gastronomie, ses plages ». Le festival est un projet qui peut amener les gens à visiter Haïti », soutient de son côté Joël Widmaier, président de la fondation.
Richard Cantave de Haitian Nomad, habitué à amener des étrangers issus du monde entier, promet d'offrir un package qui touchera plusieurs villes du pays dont Jacmel, Cap-Haïtien.