Recherche

L’Etat haïtien demande des comptes à la firme dominicaine HADOM 

 

Selon Hadom: c’est l’Etat haïtien qui nous doit

PORT-AU-PRINCE, 27 Novembre - L’Etat haïtien annonce son intention de traduire en justice la société Hadom, de la République dominicaine, pour avoir reçu un avaloir (une avance) de 10 millions de dollars américains pour la reconstruction du Palais législatif de la capitale haïtienne, détruit par le séisme du 12 janvier 2010, pour un total de 33 millions de dollars mais la firme dominicaine n’a rien entrepris jusqu’à date.

Le ministre haïtien de la Planification et de la Coopération externe, Me Aviol Fleurant, a mis Hadom en demeure soit d’entreprendre la construction du siège du Parlement haïtien, soit de restituer les 10 millions.

Cependant la firme dominicaine, propriété du sénateur dominicain Felix Bautista, celui-là même qui était lié (à l’époque) au parti actuellement au pouvoir à Santo Domingo, le Parti de la Libération Dominicaine (PLD), répond que c’est l’Etat haïtien qui a une dette de 52 millions envers elle. Et que voilà pourquoi les travaux sont arrêtés.

Selon les officiels du gouvernement haïtien, l’entreprise Hadom a disparu de la circulation en Haïti depuis 2014.

Mais selon l’ingénieur José Elias Hernandez Garcia, haut cadre de la firme Hadom (informations parues dans le Diario Libre, édition du 25 novembre 2017), c’est de tout un ensemble de projets de construction (19 au total) que l’entreprise avait reçu commande de la part de l’Etat haïtien, et non pas seulement du Palais Législatif.

Et dont 14 de ces œuvres ont déjà été inaugurées, deux sont en voie d’inauguration et trois sont encore en construction.

Le représentant de Hadom affirme que c’est l’Etat haïtien qui leur doit la somme de 52 millions 718 mille 364 dollars et 93 centimes, cela sur un montant total de 200 millions pour toutes les constructions.

Et par conséquent, tant que l’Etat haïtien n’aura pas déboursé ces 52 millions, Hadom ne reprendra pas ses activités en Haïti.

‘Nous avons réclamé le paiement pour ces diverses constructions sans arrêt depuis 2014, sans obtenir de réponse’ dit l’ingénieur Hernandez Garcia.

Sur ce, Hadom se déclare sur le point de fermer sa représentation en Haïti et de rappeler son staff technique qui comprend plus de 20 ingénieurs et un personnel administratif.

Les constructions que Hadom prétend avoir terminé sont le Ministère du commerce (Champ de Mars), le Cinéma Triomphe et l’avenue du Bord de mer, à Jacmel, S-E.

On sait que le Triomphe, lors de son inauguration, coulait comme une passoire.

Quant au Ministère du Commerce (Champ-de-Mars, Port-au-Prince), il n’a toujours pas été mis en utilisation parce que n’inspirant aucune confiance en matière anti-sismique. 

Par la voix du ministre Aviol Fleurant, l’Etat haïtien exige la restitution des 10 millions de dollars touchés par l’entreprise dominicaine ou que celle-ci construise le palais législatif.

 

(Diario Libre, 25 Novembre 2017)