Recherche

Une honte nationale : le refus à Dany Laferrière d’avoir son nom inscrit sur la bibliothèque de Petit-Goave

(Haiti Libre)
Dimanche aux environs de 1 heure de l'après-midi, un groupe de jeunes, membre du Front Mixte de Libération de Petit-Goâve, ont effacé le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque fraîchement reconstruite... Ils ont justifié leur acte dans le cadre du respect de la Constitution haïtienne, qui interdit qu'un édifice public porte le nom d'un personnage vivant.

Notre Dany, natif de Petit-Goâve qui a grandi à la rue Lamarre, notre Académicien et notre fierté nationale, ne mérite pas un tel sort. Quelle honte !
« Ces jeunes de Petit-Goâve, qui par empressement et méchanceté, ont effacé le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque, ont commis un grosse erreur. »

D'ailleurs, l'ONG allemande Welthungerhilfe (Agro ActionAllemande - AAA) qui a financé la reconstruction de cette bibliothèque, rappelle qu'elle n'avait pas encore remis les clés de l'ouvrage à l'État Haïtien... « Tant que cette formalité n'est pas remplie, les autorités n'ont aucun droit sur la bibliothèque. »

En prétendant défendre la Constitution, ces jeunes "intellectuels" aveuglés par une supposée passion nationaliste, ont posé un acte illégal. Il fallait attendre que l'ouvrage soit remis officiellement aux autorités locales.

« La violation de la Constitution ne doit servir de prétexte à personne pour combattre ouvertement un intellectuel qui a fait honneur à son pays à l'échelle internationale. »

. Commentaire d'Azad Belfort sur son site FaceBook
La République des lettres haïtiennes doit réagir face à cet affront fait à la culture de notre pays et à un écrivain de grand talent qui s'est fait le devoir permanent de défendre et de promouvoir la civilisation haïtienne partout dans le monde, y compris au sein de l'illustre Académie française.