Recherche

Les ouvriers de la sous-traitance gagnent encore les rues

De nombreux ouvriers du secteur textile ont gagné encore les rues de Port-au-Prince, ce mardi 11 juillet 2017, pour dénoncer l'annonce de 35 gourdes d'ajustement de salaire par le Conseil supérieur des salaires (CSS), constate Haïti Press Network.
HPN - Femmes et hommes, barnches d'arbre et pancartes en mains ont gagné encore les rues de la capitale ce mardi pour continuer de réclamer les 800 gourdes comme salaire minimum par rapport au coût de la vie. En colère, ils étaient très remontés contre cette décision du Conseil supérieur des salaires (CSS), d'ajouter seulement 35 gourdes sur les 300 gourdes qu'ils percevaient avant pour une journée de travail de 8 heures.
Les dirigeants des syndicats de ce secteur qui exigent un salaire minimum de 800 gourdes ainsi que des avantages sociaux, ont annoncé un calendrier de manifestations visant à forcer les dirigeants à faire marche arrière sur cette proposition d'ajustement de salaire du CSS que les manifestants qualifient « d'insignifiant ».
De nombreux secteurs de la vie nationale, considérant cette décision du CSS comme une provocation, ont fusionné leur voix avec celle des ouvriers pour la dénoncer. Le sénateur de l'Ouest, Antonio Cheramy qui embrasse cette cause, a demandé au président de la République de ne pas publier le rapport du CSS dans le journal officiel du pays Le Moniteur.
Parallèlement, des dizaines d'employés du Centre ambulancier national (CAN) étaient aussi dans les rues aujourd'hui, suite aux décisions des autorités du ministère de la Santé publique de fermer provisoirement cette structure au niveau central, pour restructuration. Les manifestants exigent le paiement de sept mois d'arriérés de salaire ainsi que leur lettre de nomination.
Alix Laroche