Visite en Haïti d'experts en technique agricole de l'université Purdue (photo R. Eugene) Visite en Haïti d'experts en technique agricole de l'université Purdue (photo R. Eugene)  

HAITI CRISE ECONOMIQUE


Pourquoi pas des Bons-caravane ?


MEYER (Sud-Est), 12 Août – Quand on se trouve à court de revenus et ne peut plus honorer ses factures, on peut avoir recours éventuellement au crédit.
Et c'est le cas pour la plus grande partie des Haïtiens aujourd'hui. Qu'on soit particulier ou entreprise privée.
C'est pareil pour l'Etat. Il peut contacter les instruments de crédit internationaux.
Mais comme Haïti était devenue insolvable, on a eu l'opportunité d'obtenir une annulation de notre dette envers les institutions internationales de crédit ...
En échange, nous avons accepté de ne pas prendre d'engagement envers aucun partenaire officiel au-delà de 1.X pour cent, ce qui nous laisse une marge de manœuvre très réduite.
Or on a aujourd'hui l'impression que c'est la position dans laquelle se trouve l'actuelle administration Jovenel Moïse-Jack Guy Lafontant.
La porte du crédit est fermée. Point barre !
Mais il y a des dettes avec lesquelles on ne peut pas transiger. Comme les salaires de la Police nationale, seul responsable, officiellement, de la sécurité du pays.
Quant au peuple, par habitude, il se débrouille comme il peut.
Cependant, les pouvoirs haïtiens, dans le temps, avaient su trouver d'autres alternatives.
Lorsque les Etats-Unis lui refusèrent un emprunt qui devait servir à rembourser le reliquat de la Dette de notre Indépendance (même acquise par les armes en 1804) et dont la balance avait été rachetée à la France par la National City Bank of New York, le président Dumarsais Estimé lança un emprunt intérieur. Celui-ci (on dirait aujourd'hui, mystérieusement ...) fut un succès.
En tout cas, l'Histoire ne rapporte aucun faux pas quant à son remboursement.
Tandis que sous Papa Doc Duvalier, dans les années 1960, alors que son gouvernement faisait face à un embargo financier décrété par l'administration Kennedy, l'expérience sera de loin plus douloureuse.
François Duvalier pensa peut-être raviver la flamme nationaliste comme Estimé, mais c'est pour aboutir à tout à fait le contraire comme nous allons le voir.


'Bon Da' ...
D'abord il était une fois le président haïtien Joseph Davilmar Théodore (10 novembre 1914-22 février 1915 ). Face à des problèmes de trésorerie (cash flow), il eut recours lui aussi aux fameux bons....


Jovenel Moïse : nouvelle expérience auprès des masses, qu'en sortira-t-il ?

MIAMI, 7 Juillet – Les masses paysannes sont entrées dans l'Histoire politique nationale avec la campagne électorale de 1957.
Elles y reviendront avec Jean-Bertrand Aristide lors des présidentielles de 1990.
Et aujourd'hui elles semblent être la principale préoccupation de notre actuel président Jovenel Moïse et sa Caravane du Changement promenée aux quatre points cardinaux du pays.
Cependant c'est à chaque fois une histoire certainement vécue avec passion, mais dont il est difficile de dire après coup si elle a été concluante ou non.
1957. Il était une fois un candidat capable de mettre, d'un claquement du doigt, la capitale haïtienne sens dessus dessous.
Son nom : Daniel Fignolé. Professeur Pierre Eustache Daniel Fignolé.
Instituteur, mais surtout syndicaliste, il reste le politicien le plus populaire que Haïti ait jamais connu. L'idole des masses de la capitale, celles-ci encadrées par les employés syndiqués de la Douane de Port-au-Prince et d'autres institutions de l'Etat.
Avec pour 'baz', comme on dit aujourd'hui : le quartier du Bel-Air. Celui-ci historique à plus d'un titre. C'est le berceau de la fondation de la capitale (1749) devenu par la suite une plate-forme du pouvoir populaire.
Aussi bien que Cité Soleil le sera quelque 30 ans plus tard (1986) à la chute de Duvalier.

Woule, woule, woule ! ...
Fignolé créa un parti le MOP (Mouvement Ouvriers Paysans) mais les masses fignolistes avaient un surnom : le Rouleau (en créole : Woulo).
Et un cri de guerre : Woule, woule, woule !
A ces mots c'était la panique. Tous les commerçants du bas de la ville s'empressaient de fermer boutique.
Avec raison parce que le haut commerce avait un autre candidat. C'était le sénateur et industriel mulâtre, Louis Déjoie.
Les masses fignolistes étaient sûres de remporter la présidence, comme si les élections ne devaient être qu'une formalité.
Aussi lorsque au hasard des bouleversements qui caractérisèrent cette année électorale 1957 particulièrement troublée et trouble, la présidence provisoire fut offerte au 'Professeur', celui-ci mordit à l'hameçon parce que c'était un piège pour endormir ses partisans et s'en débarrasser d'un seul coup.
En effet, dans la nuit du 14 juin 1957, le président provisoire Daniel Fignolé fut renversé par l'Armée et embarqué ipso facto pour l'exil.
Le lendemain, une répression sanglante fut exercée contre le quartier général du 'Rouleau' sur la butte du Bel-Air.

Entrée en scène de l'arrière-pays ...
Fin de partie pour les masses populaires de Port-au-Prince.
Cependant un autre candidat allait abattre ses cartes, c'est le futur Papa Doc.
Etant donné la domination à la capitale de l'oligarchie (haut-état major de l'Armée contrôlé par Washington, haut commerce import-export acquis au candidat mulâtre et haut-clergé catholique majoritairement Breton), il ne restait que les classes moyennes, mais comme ces dernières ne faisaient pas le poids dans les urnes, le passage par les masses était incontournable pour tout candidat autre que celui de la haute.
Mais François Duvalier évitera le piège des masses de la capitale (trop facilement chair à canon pour des forces militaires sans foi ni loi) pour cultiver les masses paysannes, également surnommées l'arrière-pays.
Et traitées par les partisans du candidat Louis Déjoie de 'gwo zòtèy' (gros orteils) et autres propos discriminatoires en usage lors pour désigner tout ce qui ne faisait pas partie des 'Nôtres'.
'Vous n'êtes pas des nôtres !'
C'est-à-dire les quelques dizaines de familles qui donnaient le ton. Socialement.
Voici ce qu'on lit dans un récent ouvrage intitulé 'Le Duvaliérisme, l'Aristidisme, ça suffit !' sous la plume des deux auteurs Eddy Arnold Jean et Jean Jacques Honorat :
'Court-circuitant leurs alliés féodaux, les Duvalier surent astucieusement établir des liens directs avec des couches de la paysannerie jamais invitées auparavant à prendre part, autrement que comme chair à canon ou troupeau électoral, au déroulement de l'activité politique nationale. Le seul fait de remettre à des paysans une arme que leur avait enlevée l'intervention américaine, de faire d'eux des chefs, de leur donner le droit d'entrer au palais national et de parler au président du pays, constituait une innovation politique extraordinaire. Incorporé à la milice duvaliérienne, le paysan n'était plus un rien du tout, il était fait citoyen.'
On connaît la suite.
Laissons parler les mêmes auteurs : 'Duvalier a réussi à monter en Haïti un Etat policier (...) fondé sur la délation et le meurtre. On connaît assez (...) les modes d'opération de la milice duvaliérienne. C'était mis ensemble la tradition coloniale du commandeur et les instincts caporalistes les plus féroces de l'Haïtien.'
(Extraits de 'Le Duvaliérisme, l'Aristidisme ça suffit' de Eddy Arnold Jean et Jean Jacques Honorat).
Ce dernier a été brièvement Premier ministre sous le coup d'Etat militaire qui a forcé à l'exil le Président élu Jean-Bertrand Aristide, de 1991 à 1994.

Un roi n'arrivant pas à s'imposer à ses barons ...
L'expérience Aristide connue sous le nom de Fanmi Lavalas, qui porta un jeune prêtre au pouvoir, démocratiquement, en remportant les présidentielles de 1990, suivit pratiquement la même courbe que celle de Daniel Fignolé en 1957, si ce n'est que Port-au-Prince n'avait pas 250.000 habitants comme lors mais déjà près de 3 millions.
Sept mois après son investiture, le président Jean-Bertrand Aristide - pris aussi dans les contradictions propres à un régime multicéphale, comme un roi n'arrivant pas à s'imposer à ses multiples barons - fut renversé par l'armée, qui le força lui aussi le même jour à l'exil.
Comme au Bel Air en juin 1957, le sang coula à flot. Le coup d'Etat du 30 septembre 1991 est considéré comme le plus sanglant depuis l'Occupation américaine d'Haïti (1915-1934).
Aristide passera 3 années d'exil dans la capitale fédérale américaine pendant que les forces armées effectuaient le 'clean up.'

Aristide avait perdu à tout jamais le pouvoir dès le 30 septembre 1991 ...
Pourquoi ne s'être pas débarrassé une fois pour toutes du pouvoir Lavalas, comme on le fit du MOP en 1957 ?
Officiellement un traité avait été signé la même année (1991) par tous les Etats du continent, interdisant le renversement par la force de tout président élu lors d'élections démocratiques : le Traité de Rio.
Mais à distance aujourd'hui, on réalise que Aristide avait perdu à tout jamais le pouvoir dès le 30 septembre 1991.
Qu'il ait été ramené au palais national trois années plus tard (octobre 1994) pour achever la dernière année de son mandat, et qu'il ait forcé cinq ans plus tard les portes du palais, en 2001, lors d'élections présidentielles boycottées par l'opposition haïtienne ainsi que par l'international, pour être renversé avant la fin de ce second mandat par un soulèvement avec à sa tête l'oligarchie (29 février 2004), cette nouvelle expérience de contrôle du pouvoir au nom des masses populaires accouchera elle aussi d'une souris.
Ne laissant en souvenir que quelques formules à l'emporte-pièce échappées au héros du jour telles 'Kapitalis se peche mòtèl' ou encore 'Wòch nan dlo pa konn doulè wòch nan solèy'. Etc.
Aujourd'hui, après un long exil (7 ans) en Afrique du Sud, Jean-Bertrand Aristide vit dans la banlieue de la capitale haïtienne.
Il n'a pas abandonné la politique comme il s'y était engagé puisque ayant été à la tête du cortège de la candidate de son parti (Fanmi Lavalas) lors des présidentielles de 2016. Celles-ci seront remportées par Jovenel Moïse, le candidat du parti de l'ex-président Michel Martelly ('Pati Ayisyen Tèt Kale'), ce dernier arrivé au pouvoir en 2011 par la grâce de l'international.

'Vive Salnave !' ...
S'il y a eu un seul changement politique survenu dans notre pays, c'est aujourd'hui que l'international est un acteur direct dans la vie politique haïtienne.
Conclusion : le 'populisme' (puisqu'il faut l'appeler par son nom) en Haïti, n'a encore jamais eu une fin heureuse : aussi bien 'Woule Woule Woule' avec Fignolé en 1957, que en 1990 le Lavalas, 'largement large', c'est-à-dire de la gauche au centre-droit (Aristide ne créera Fanmi Lavalas, son propre parti, qu'en 1995 après son retour de l'exil washingtonien).
Mais les historiens remonteront plus haut pour arriver aux mêmes conclusions, comme l'exemple souvent cité du président Sylvain Salnave en 1867. Le cri de 'Vive Salnave' créait, paraît-il, la même panique chez les possédants que le 'Woule Woule' de Fignolé.
Ou Rosalvo Bobo, que l'occupant américain de 1915 empêchera de parvenir à la tête du pays.

2017 : le suspense est entier ! ...
Doit-on mettre l'utilisation par Papa Doc des masses paysannes pour établir sa cruelle domination dans le même panier que les autres expériences précitées, les historiens et experts de la science politique en décideront ?
Et enfin nous voici aujourd'hui face à la Caravane du Changement.
Pour le moment, c'est l'inconnue.
Désigné par son prédécesseur, Michel Martelly, chanteur et noceur de profession, voici cependant, à la surprise générale, notre nouveau président, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, qui bat la campagne. Objectif officiel : relancer la production agricole nationale.
Comme disait un candidat de 1957 : la production agricole, la seule la vraie !
Etonnamment c'était Louis Déjoie. Il n'était pas seulement mulâtre et sénateur de la république. Il avait aussi un métier (comme c'était de règle en ce temps-là !), oui, agronome. Et soulignons-le, l'un des plus prolifiques dans l'histoire de cette profession en Haïti.
Revenons à la Caravane. Les observateurs relèvent dans le discours du nouveau chef de l'Etat une volonté de poursuivre la campagne électorale aux quatre coins du territoire national alors même qu'il est déjà installé au palais national.
Il s'agit par conséquent d'une recherche du support des masses ?
Et dans quel objectif ?
Après tout ce que nous venons de parcourir, il y a de quoi conclure : le suspense est entier !

Haïti en Marche, 7 Juillet 2017

Les Toutes Dernières

16 août 2017 00H27
Les chauffeurs de taxi-moto toujours sur la sellette
Les chauffeurs de taxis…
16 août 2017 00H25
Radio Canada pose la question de la fiabilité des demandes des nouveaux arrivants haïtiens
Les demandeurs d'asile seraient…
16 août 2017 00H23
La corruption en Haïti continue de gangréner le pays et s'est intensifiée, dépassant même ce qu'elle était sous la dictature de Jean-Claude Duvalier dans les années 1970, selon un sociologue haïtien.
La corruption en Haïti est « pire que sous la dictature de Duvalier » PUBLIÉ LE LUNDI 14 AOÛT 2017 À 18 H 20 « Il n’y a plus d’argent, les appétits se sont ouverts et il y a une absence de chef, estime le sociologue Auguste D’Meza…
16 août 2017 00H22
Un Dominicain voyage comme passager clandestin dans un avion de la American Arlines et arrive à Miami
A son débarquement à l’aéroport de Miami, le dominicain descendu de sa cachette, s’est rendu au terminal comme tout autre passager…
14 août 2017 22H13
Incidents frontaliers à Malpasse
La route de Malpasse a été bloquée durant des heures dans la matinée du 14 août 2017…
14 août 2017 15H14
Nouvelle journée de manifestation à Petit-Goâve :
  0 0 1 108 616 HAITI EN MARCHE 5 1 723 14…
14 août 2017 15H08
Quel cauchemar que la Route du Sud ?
Si vous devez emprunter la route du SUD ces jours…

Nouvelles En Bref

  • FERMETURES DE RADIOS PIRATES
  • Les députés contre la diaspora
  • Usine électrique à Bonneau
  • Petit-Goâve
  • Gabriel Fortuné sur la sellette
  • Ambassadeur de Taiwan
  • FAO forme des techniciens
  • Mauvais résultats aux examens d’Etat
  • Kaliko Beach
  • Canada - Croix-Rouge
  • Québec - Opposition
  • Procès symbolique
  • Saut du Baril

NOTE DE PRESSE - La Direction Générale de l'Organe Exécutif du Conseil National des Télécommunications (CONATEL) informe le public en général, la presse en particulier et les propriétaires des tours d'antenne de télécommunications, que dans le cadre de l'application du point 3 du Communiqué ''CNT-DG-381-17'' « du CONATEL en date

Article Complet

Budget 2017-2018 - 10 août 2017 Rezo Nodwes - ((rezonodwes.com))– Aucun député de la 50ème législature n'a protesté contre l'introduction dans le budget 2017-2018 d'un impôt forfaitaire annuel de 10,000 gourdes minimum que devront obligatoirement payer les Haïtiens vivant à l'étranger, sous peine de ne plus recevoir de services de

Article Complet

Port-au-Prince, le 10 août 2017.- Le président de la République Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, accompagné du ministre des Travaux publics, transports et communications, l'ingénieur Fritz Caillot, du député de Saint-Louis du Nord, l'honorable Freud Morancy, et de certains élus locaux a procédé ce jeudi 10 août 2017

Article Complet

« Lundi 14 août, sera une nouvelle journée de tensions et de blocages de toutes les voies de communication à Petit-Goâve » ont annoncé dimanche soir vers 10h30 des militants du PHTK et alliés de Petit-Goâve, sur les ondes de la Radio Préférence FM. « Puisque la Primature nous a menti,

Article Complet

Port-au-Prince, le 8 aout 2017 - (AHP) - De nombreuses voix continuent de s'élever pour dénoncer mais surtout pour condamner les menaces de mort que le maire des Cayes, Jean Gabriel Fortuné a proférées et réitérées contre le journaliste Jean Nazaire Jeanty, de Lebon FM (Aux Cayes) qui est également

Article Complet

Port-au-Prince, le 8 août 2017- Le Maire de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry a reçu lLe mardi 8 août 2017, la visite de l'Ambassadeur de République de Chine (Taiwan) accrédité en Haïti, SEM. Cheng-Hao Hu. Article Complet

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Amélioration de la sécurité alimentaire dans le Nord-Est », financé par l'Union européenne, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a réalisé dans la commune de Ouanaminthe, un atelier de formation à l'attention de 32 membres de

Article Complet

P-au-P, 08 août 2017 [AlterPresse] --- Le Ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) réitère sa volonté de former une commission, qui aura pour tâche d'analyser les causes des mauvais résultats, enregistrés dans les examens d'État de l'année académique 2016- 2017 en Haïti. Article Complet

Pour être plus compétitif sur le marché touristique, Kaliko Beach Resort qui sera bientôt transformé en Hilton, fait un grand pas avec un accord de concession, datant de janvier 2017, avec le groupe Double Tree by Hilton, afin de donner un nouveau souffle à cet hôtel de plage. Article Complet

Canada: La Croix-Rouge prend en charge le camp de demandeurs d'asile Article Complet

QUÉBEC – Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a l'impression que la frontière du Québec est devenue une « véritable passoire » devant l'afflux de migrants haïtiens des derniers jours. Article Complet

P-au-P, 28 juil. 2017 [AlterPresse] --- A l'occasion du 102e anniversaire de la première occupation américaine d'Haïti (28 juillet 1915-28 juillet 2017), le Mouvement patriotique démocratique et populaire (Mpdp) projette d'organiser un tribunal populaire, en vue de faire le procès symbolique de plus d'un siècle d'occupation/domination d'Haïti par les

Article Complet

Samedi, une délégation du Ministère du Tourisme était en mission d'évaluation au site du Saut du Baril situé à Anse à Veau (Département des Nippes). Article Complet