Le président haïtien invité par son homologue français Emmanuel Macron pour assister à un sommet sur le climat le mardi 12 décembre 2017 Le président haïtien invité par son homologue français Emmanuel Macron pour assister à un sommet sur le climat le mardi 12 décembre 2017  

ECONOMIE


Haïti importateur et exportateur de 'pèpè'


PORT-AU-PRINCE, 6 Décembre – Le New York Times publiait le 16 novembre dernier un reportage dont le titre pourrait se traduire comme suit : 'Un cargo doublement rembourré en partance pour Haïti.'
Ceci pour expliquer que lorsqu'un cargo laissant le port de New York pour Haïti paraît chargé à ras bord, ce n'est encore que la moitié du chargement, parce que, explique l'article : chaque véhicule à bord (voiture, mini bus, school bus ou autre), chaque réfrigérateur, tout ce qui est capable de contenir d'autres effets, est rempli aussi de tout ce qui est possible et même inimaginable dans un tel lieu.
Des matelas, des vêtements, des équipements (par exemple, ceux-ci provenant jusque d'une vieille cimenterie), des fours et réfrigérateurs datant de Mathusalem, des bicyclettes en veux-tu en voilà, des motos cent fois plus, des douzaines de voitures de modèles qu'on ne trouve plus sur le marché, et celles-ci à leur tour remplies de vêtements, draps, microwaves (fours à micro-ondes), pneus de rechange et pas tout à fait neufs, de packs de jus de fruits et ces jours-ci d'arbres de Noel (en plastic bien sûr).
Mais seuls les cargos pour Haïti qui sont admis à prendre la mer dans un tel état, parce que les Haïtiens sont arrivés à convaincre les autorités du port que tout ce bataclan est indispensable dans leur pays, surtout après le séisme qui a détruit la capitale haïtienne le 12 janvier 2010 faisant près de 300.000 morts.
Pour toute autre destination, ce genre de marchandises voyage dans des conteneurs conçus à cet effet et sécurisés.
Mais pour Haïti, ce sont les véhicules à bord, voitures, bus et autres qui jouent le rôle de conteneur.
Ce qui facilite l'envoi sans contrôle de toutes sortes de 'junks' qui viennent atterrir dans les rues de la capitale haïtienne et des autres villes du pays, encombrant les trottoirs comme on sait.
'Les gens ici ont toujours expédié des choses dans les véhicules, mais depuis le tremblement de terre, c'est beaucoup plus' explique E. Z. Vallon, un employé haïtien au Red Hook Shipping, qui supervise les véhicules, majoritairement usagés, placés à bord, et qui sert aussi d'interprète pour ses patrons, ceux-ci paraissant ravis, les Haïtiens étant toujours prêts à payer le prix qu'il faut pour aider les parents et autres relations laissés en Haïti.
'La situation est vraiment mauvaise pour eux, et nous devons faire tout ce qui est possible pour les aider' dit un homme qui est venu envoyer toutes sortes de choses pour sa sœur Juliette, principalement des produits alimentaires et des vêtements.


...


Jovenel Moïse : nouvelle expérience auprès des masses, qu'en sortira-t-il ?

MIAMI, 7 Juillet – Les masses paysannes sont entrées dans l'Histoire politique nationale avec la campagne électorale de 1957.
Elles y reviendront avec Jean-Bertrand Aristide lors des présidentielles de 1990.
Et aujourd'hui elles semblent être la principale préoccupation de notre actuel président Jovenel Moïse et sa Caravane du Changement promenée aux quatre points cardinaux du pays.
Cependant c'est à chaque fois une histoire certainement vécue avec passion, mais dont il est difficile de dire après coup si elle a été concluante ou non.
1957. Il était une fois un candidat capable de mettre, d'un claquement du doigt, la capitale haïtienne sens dessus dessous.
Son nom : Daniel Fignolé. Professeur Pierre Eustache Daniel Fignolé.
Instituteur, mais surtout syndicaliste, il reste le politicien le plus populaire que Haïti ait jamais connu. L'idole des masses de la capitale, celles-ci encadrées par les employés syndiqués de la Douane de Port-au-Prince et d'autres institutions de l'Etat.
Avec pour 'baz', comme on dit aujourd'hui : le quartier du Bel-Air. Celui-ci historique à plus d'un titre. C'est le berceau de la fondation de la capitale (1749) devenu par la suite une plate-forme du pouvoir populaire.
Aussi bien que Cité Soleil le sera quelque 30 ans plus tard (1986) à la chute de Duvalier.

Woule, woule, woule ! ...
Fignolé créa un parti le MOP (Mouvement Ouvriers Paysans) mais les masses fignolistes avaient un surnom : le Rouleau (en créole : Woulo).
Et un cri de guerre : Woule, woule, woule !
A ces mots c'était la panique. Tous les commerçants du bas de la ville s'empressaient de fermer boutique.
Avec raison parce que le haut commerce avait un autre candidat. C'était le sénateur et industriel mulâtre, Louis Déjoie.
Les masses fignolistes étaient sûres de remporter la présidence, comme si les élections ne devaient être qu'une formalité.
Aussi lorsque au hasard des bouleversements qui caractérisèrent cette année électorale 1957 particulièrement troublée et trouble, la présidence provisoire fut offerte au 'Professeur', celui-ci mordit à l'hameçon parce que c'était un piège pour endormir ses partisans et s'en débarrasser d'un seul coup.
En effet, dans la nuit du 14 juin 1957, le président provisoire Daniel Fignolé fut renversé par l'Armée et embarqué ipso facto pour l'exil.
Le lendemain, une répression sanglante fut exercée contre le quartier général du 'Rouleau' sur la butte du Bel-Air.

Entrée en scène de l'arrière-pays ...
Fin de partie pour les masses populaires de Port-au-Prince.
Cependant un autre candidat allait abattre ses cartes, c'est le futur Papa Doc.
Etant donné la domination à la capitale de l'oligarchie (haut-état major de l'Armée contrôlé par Washington, haut commerce import-export acquis au candidat mulâtre et haut-clergé catholique majoritairement Breton), il ne restait que les classes moyennes, mais comme ces dernières ne faisaient pas le poids dans les urnes, le passage par les masses était incontournable pour tout candidat autre que celui de la haute.
Mais François Duvalier évitera le piège des masses de la capitale (trop facilement chair à canon pour des forces militaires sans foi ni loi) pour cultiver les masses paysannes, également surnommées l'arrière-pays.
Et traitées par les partisans du candidat Louis Déjoie de 'gwo zòtèy' (gros orteils) et autres propos discriminatoires en usage lors pour désigner tout ce qui ne faisait pas partie des 'Nôtres'.
'Vous n'êtes pas des nôtres !'
C'est-à-dire les quelques dizaines de familles qui donnaient le ton. Socialement.
Voici ce qu'on lit dans un récent ouvrage intitulé 'Le Duvaliérisme, l'Aristidisme, ça suffit !' sous la plume des deux auteurs Eddy Arnold Jean et Jean Jacques Honorat :
'Court-circuitant leurs alliés féodaux, les Duvalier surent astucieusement établir des liens directs avec des couches de la paysannerie jamais invitées auparavant à prendre part, autrement que comme chair à canon ou troupeau électoral, au déroulement de l'activité politique nationale. Le seul fait de remettre à des paysans une arme que leur avait enlevée l'intervention américaine, de faire d'eux des chefs, de leur donner le droit d'entrer au palais national et de parler au président du pays, constituait une innovation politique extraordinaire. Incorporé à la milice duvaliérienne, le paysan n'était plus un rien du tout, il était fait citoyen.'
On connaît la suite.
Laissons parler les mêmes auteurs : 'Duvalier a réussi à monter en Haïti un Etat policier (...) fondé sur la délation et le meurtre. On connaît assez (...) les modes d'opération de la milice duvaliérienne. C'était mis ensemble la tradition coloniale du commandeur et les instincts caporalistes les plus féroces de l'Haïtien.'
(Extraits de 'Le Duvaliérisme, l'Aristidisme ça suffit' de Eddy Arnold Jean et Jean Jacques Honorat).
Ce dernier a été brièvement Premier ministre sous le coup d'Etat militaire qui a forcé à l'exil le Président élu Jean-Bertrand Aristide, de 1991 à 1994.

Un roi n'arrivant pas à s'imposer à ses barons ...
L'expérience Aristide connue sous le nom de Fanmi Lavalas, qui porta un jeune prêtre au pouvoir, démocratiquement, en remportant les présidentielles de 1990, suivit pratiquement la même courbe que celle de Daniel Fignolé en 1957, si ce n'est que Port-au-Prince n'avait pas 250.000 habitants comme lors mais déjà près de 3 millions.
Sept mois après son investiture, le président Jean-Bertrand Aristide - pris aussi dans les contradictions propres à un régime multicéphale, comme un roi n'arrivant pas à s'imposer à ses multiples barons - fut renversé par l'armée, qui le força lui aussi le même jour à l'exil.
Comme au Bel Air en juin 1957, le sang coula à flot. Le coup d'Etat du 30 septembre 1991 est considéré comme le plus sanglant depuis l'Occupation américaine d'Haïti (1915-1934).
Aristide passera 3 années d'exil dans la capitale fédérale américaine pendant que les forces armées effectuaient le 'clean up.'

Aristide avait perdu à tout jamais le pouvoir dès le 30 septembre 1991 ...
Pourquoi ne s'être pas débarrassé une fois pour toutes du pouvoir Lavalas, comme on le fit du MOP en 1957 ?
Officiellement un traité avait été signé la même année (1991) par tous les Etats du continent, interdisant le renversement par la force de tout président élu lors d'élections démocratiques : le Traité de Rio.
Mais à distance aujourd'hui, on réalise que Aristide avait perdu à tout jamais le pouvoir dès le 30 septembre 1991.
Qu'il ait été ramené au palais national trois années plus tard (octobre 1994) pour achever la dernière année de son mandat, et qu'il ait forcé cinq ans plus tard les portes du palais, en 2001, lors d'élections présidentielles boycottées par l'opposition haïtienne ainsi que par l'international, pour être renversé avant la fin de ce second mandat par un soulèvement avec à sa tête l'oligarchie (29 février 2004), cette nouvelle expérience de contrôle du pouvoir au nom des masses populaires accouchera elle aussi d'une souris.
Ne laissant en souvenir que quelques formules à l'emporte-pièce échappées au héros du jour telles 'Kapitalis se peche mòtèl' ou encore 'Wòch nan dlo pa konn doulè wòch nan solèy'. Etc.
Aujourd'hui, après un long exil (7 ans) en Afrique du Sud, Jean-Bertrand Aristide vit dans la banlieue de la capitale haïtienne.
Il n'a pas abandonné la politique comme il s'y était engagé puisque ayant été à la tête du cortège de la candidate de son parti (Fanmi Lavalas) lors des présidentielles de 2016. Celles-ci seront remportées par Jovenel Moïse, le candidat du parti de l'ex-président Michel Martelly ('Pati Ayisyen Tèt Kale'), ce dernier arrivé au pouvoir en 2011 par la grâce de l'international.

'Vive Salnave !' ...
S'il y a eu un seul changement politique survenu dans notre pays, c'est aujourd'hui que l'international est un acteur direct dans la vie politique haïtienne.
Conclusion : le 'populisme' (puisqu'il faut l'appeler par son nom) en Haïti, n'a encore jamais eu une fin heureuse : aussi bien 'Woule Woule Woule' avec Fignolé en 1957, que en 1990 le Lavalas, 'largement large', c'est-à-dire de la gauche au centre-droit (Aristide ne créera Fanmi Lavalas, son propre parti, qu'en 1995 après son retour de l'exil washingtonien).
Mais les historiens remonteront plus haut pour arriver aux mêmes conclusions, comme l'exemple souvent cité du président Sylvain Salnave en 1867. Le cri de 'Vive Salnave' créait, paraît-il, la même panique chez les possédants que le 'Woule Woule' de Fignolé.
Ou Rosalvo Bobo, que l'occupant américain de 1915 empêchera de parvenir à la tête du pays.

2017 : le suspense est entier ! ...
Doit-on mettre l'utilisation par Papa Doc des masses paysannes pour établir sa cruelle domination dans le même panier que les autres expériences précitées, les historiens et experts de la science politique en décideront ?
Et enfin nous voici aujourd'hui face à la Caravane du Changement.
Pour le moment, c'est l'inconnue.
Désigné par son prédécesseur, Michel Martelly, chanteur et noceur de profession, voici cependant, à la surprise générale, notre nouveau président, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, qui bat la campagne. Objectif officiel : relancer la production agricole nationale.
Comme disait un candidat de 1957 : la production agricole, la seule la vraie !
Etonnamment c'était Louis Déjoie. Il n'était pas seulement mulâtre et sénateur de la république. Il avait aussi un métier (comme c'était de règle en ce temps-là !), oui, agronome. Et soulignons-le, l'un des plus prolifiques dans l'histoire de cette profession en Haïti.
Revenons à la Caravane. Les observateurs relèvent dans le discours du nouveau chef de l'Etat une volonté de poursuivre la campagne électorale aux quatre coins du territoire national alors même qu'il est déjà installé au palais national.
Il s'agit par conséquent d'une recherche du support des masses ?
Et dans quel objectif ?
Après tout ce que nous venons de parcourir, il y a de quoi conclure : le suspense est entier !

Haïti en Marche, 7 Juillet 2017

Les Toutes Dernières

13 décembre 2017 03H41
Funérailles officielle pour Manno Charlemagne lit-n dans Rezo Nòdwest
12 décembre 2017 Rezo Nodwes Mardi 12 décembre 2017 ((rezonodwes…
12 décembre 2017 00H56
Les présidents Emmanuel Macron et Jovenel Moïse se rencontrent
Déclaration conjointe de Jovenel Moise et d'Emmanuel Macron       En matière d’éducation, le plan d’action établi en 2015 par [le ministère de l'éducation haïtien de l'époque, ndlr]  sera intégralement exécuté avec 50 millions d’euros annoncés…
11 décembre 2017 23H08
Le gouvernement américain fait don de casernes de pompiers aux autorités haïtiennes
 Port…
11 décembre 2017 02H42
AU REVOIR MANNO !
    Manno Charlemagne était un chanteur folklorique haïtien, écrivain et compositeur, né en 1948, dans la ville de Carrefour, une banlieue grandissante à Port…
11 décembre 2017 01H36
Voyage en Belgique
SEJOUR EN BELGIQUE    mercredi 13 décembre, le Président se rendra en Belgique où l’attend un agenda bien rempli…
11 décembre 2017 01H35
Le Voyage du Président jovenel Moïse en France
Le Président de la République en voyage officiel en Europe
11 décembre 2017 01H33
Le Président Jovenel Moïse est bloqué à l'aéroport de Londres. pr´
Bloqué à Londres, Jovenel Moïse n’a pas pu rencontrer la communauté haïtienne à Paris   Les aléas climatiques empêchent à Jovenel Moïse d’arriver à Paris…
7 décembre 2017 02H18
LA GRANDE MANIFESTATION DU 5 DECEMBRE
Haïti…

Nouvelles En Bref

  • Le président en Belgique
  • Cartes de crédit
  • Criminalité
  • Marche contre la corruption
  • VILLAGE ALTERNATIBA HAÏTI 2017
  • 29 novembre 1987
  • Investissement de 82 millions
  • Religion et PolItique
  • Moreau/Camp-Perrin
  • Agriculture
  • Déficience intellectuelle
  • Repaire d’un gang
  • TELEPHONIE
  • Hadom

Le président de la République Jovenel Moise se trouve en tournée officielle en Europe bientôt. S'il doit s'entretenir avec son homologue français Emmanuel Macron, il ne manquera pas d'effectuer un passage en Belgique où, le 14 décembre, il devrait s'entretenir avec le Roi et la Reine de Belgique. Article Complet

Port-au-Prince, le 7 décembre 2017 - (AHP) -Le gouverneur de la Banque de la République d'Haïti, Jean Baden Dubois, a fait le point le jeudi 7 décembre sur la nouvelle décision qui consiste à exiger que toutes les transactions effectuées à partir de cartes de crédit émises en Haïti,

Article Complet

Port-au-Prince, le 7 décembre 2017 - (AHP) - Le chef du Parquet de Port-au-Prince, Clamé Ocname Daméus et le chef de la police de Pétion-Ville, Jean-Gospel Monélus ont rendu visite le jeudi 7 décembre à Alain Pierre Bazile et son épouse, agressés la veille par des bandits armés alors qu'ils

Article Complet

Port-au-Prince, le 6 décembre 2017 - (AHP) - Des milliers de personnes ont participé, le mardi 5 décembre, dans les rues de la capitale à une importante marche pacifique pour dénoncer la corruption et l'impunité qui gangrènent, disent-ils, l'administration publique. Article Complet

Cité Soleil, le 10 décembre 2017 – (AHP) - Le parc athlétique d'Haïti a accueilli les 8 et 9 décembre, la 3e édition de « Village Alternatiba », une initiative du collectif Alternatiba et du groupe d'Action francophone pour l'environnement (GAFE) qui avaient choisi cette année, la gestion et la valorisation des

Article Complet

Note Officielle - Port-au-Prince, le mercredi 29 novembre 2017. Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, accompagné du Premier ministre, Jack Guy Lafontant, a déposé, ce mercredi 29 novembre à l'Ecole nationale Argentine Bellegarde, une gerbe de fleurs au pied du mémorial dédié aux personnes tuées

Article Complet

Suite à une visite officielle (lundi 27 novembre) à Caracas (Venezuela) le président haïtien Jovenel Moïse a annoncé un investissement de 82 millions de dollars américains dans les secteurs agriculture, énergie et route. Cette somme sera tirée, dit-il, d'un fonds de 97 millions de dollars déjà disponible à

Article Complet

Les évêques, réunis en Assemblée Plénière Ordinaire au siège de la CEH à Lilavois, du 27 Novembre au 1er Décembre 2017, ont pris la décision d'interdire l'utilisation partisane de l'enceinte religieuse. Article Complet

Port-au-Prince, le vendredi 1er décembre 2017.- Le chef de l'Etat était accompagné du chef de la délégation de l'Union européenne en Haïti, Vincent Degert, et de plusieurs membres du cabinet ministériel. Article Complet

Cayes, 29 nov. 2017 [AlterPresse] --- Onze projets agricoles de stockage, de transformation et de commercialisation du maïs, du manioc, de l'arachide et du riz, portés par des Organisations de producteurs ruraux (Opr) du Sud viennent de recevoir un financement dans le cadre du Projet de Renforcement des Services

Article Complet

P-au-P, 28 nov. 2017 [AlterPresse] --- Des activités autour de la déficience intellectuelle se déroulent, du lundi 27 au mardi 12 décembre 2017, dans les 10 départements géographiques d'Haïti, en vue de sensibiliser la population sur les droits des personnes handicapées. Article Complet

Pétion-Ville, le 27 novembre 2017 - (AHP) - Les forces de l'ordre ont appréhendé le lundi (27 novembre), le présumé chef de gang, Georges William Mc Nally. C'est la police de Pétion-Ville qui a procédé à son interpellation à Pèlerin 5, moins de 24 heures après l'arrestation de son épouse

Article Complet

Les nombreuses plaintes dirigées contre les fournisseurs d'internet et de téléphonie ont finalement réussi à susciter la réaction d'au moins une des compagnies concernées. Article Complet

Le journal Haïti en Marche signale toute une série de bâtiments inachevés ou mal construits, tels que Le Triomphe (dont Hadom dit n'avoir pas touché la totalité du contrat ...).
Et pour cause.

Article Complet