Membres des forces armées démobilisées en 1995 défilent nostalgiques Membres des forces armées démobilisées en 1995 défilent nostalgiques  

Haïti : pourquoi une armée !


PORT-AU-PRINCE, 20 Juillet – 'Se gwo non ki touye ti chen', voilà un autre argument qu'on pourrait opposer à la décision gouvernementale de lancer les inscriptions pour la reconstitution de l'armée.
Car pourquoi l'armée alors que (primo) nous n'avons pas aujourd'hui les moyens de nous en payer une.
Pourquoi pas ce que, dans le meilleur des cas, nous pouvons raisonnablement nous permettre : une gendarmerie, un corps de garde chasse, ou de gardes champêtres, une garde nationale ou encore une police militarisée ?
Non, il faut dire, en renversant fièrement la tête : voici notre armée.
Même quand il s'agirait d'une bande de gamins défilant avec des balais en guise de fusil ('broom squad').
Ce qui risque fort d'arriver.
Penser à la Police nationale d'Haïti (PNH), le seul corps pour le moment autorisé constitutionnellement à porter des armes, penser aux efforts déployés ces derniers temps par la PNH, et puis voici qu'un pouvoir décide par sa seule volonté de la mettre pratiquement sur la touche au profit d'une 'nouvelle armée' qui probablement va se considérer supérieure, étant donné la tradition. Est-ce que le gouvernement n'est pas en train de fomenter lui-même des troubles, de créer une dangereuse situation ?


La Guardia civil à la portée de toutes les bourses ...
Quand l'ex-président Michel Martelly lui-même avait compris la nécessité de contourner la question en envoyant, rappelez-vous, ce groupe de jeunes en Equateur recevoir une formation en prévention des désastres et non ... en manoeuvres militaires) tandis que le président Jovenel Moïse quant à lui ne semble pas mettre des gants.
Sinon des gants de maréchal d'armée !
Au Chili après la dictature du général-président Augusto Pinochet, l'armée était tellement décriée que l'on décida de donner encore plus d'importance aux forces de police. Ce fut la Guardia civil à la portée de toutes les bourses. Aussi entrainée pour appréhender des bandits armés que pour aider une jeune femme à mettre son bébé au monde.
Mais comme le bon peuple aime les parades militaires, les défilés de la Garde civile n'ont rien à envier non plus aux troupes de Pinochet, moins les tanks parce que le Chili n'a pas l'intention d'entrer en guerre aujourd'hui contre aucun de ses voisins....


Le cauchemar aujourd'hui de nos maires

PORT-AU-PRINCE, 12 Mai – Devant la levée de boucliers pour débarrasser les rues du centre-ville (Port-au-Prince, Pétionville, Tabarre, Delmas, Cap-Haïtien etc) des foules de petits marchands qui les occupent, il n'est pas de trop de faire un peu l'histoire de cette migration devenue aujourd'hui si embarrassante et que les maires élus essaient de limiter autant que possible. Avec le consentement de leurs administrés.
Ce ne sont pas des miséreux qui ont décidé d'un seul coup par eux-mêmes de descendre sur la ville et d'en prendre possession. A la barbe des natifs.
Cette migration a une histoire et qui ne se limite pas seulement à la crise économique actuelle.
Exception faite des taxi-motos dont les conducteurs, pour la plupart des jeunes gens de la campagne proche, nous font tant de misères autant par leur insouciance vis à vis des règlements (s'il en existe !) de la circulation que par leur grossièreté.
Qui ne connaît ce titre qui a fait fortune dans les années 1960 : 'les villes tentaculaires et les campagnes délaissées.'
C'est tout à fait ce que nous vivons : le pays a tourné le dos à sa production agricole ; abandonné à lui-même, à la maladie et à l'analphabétisme, le paysan n'a d'autre alternative que tenter sa chance dans la ville la plus proche : notamment Port-au-Prince, Cap-Haïtien, Gonaïves.
D'ailleurs ce n'est qu'un 'stop-over' (un lieu de transit) avant de partir 'pour le Chili' (expression utilisée aujourd'hui pour dire migration illégale, tout comme on disait jadis 'pran kanntè' quand le voyage se faisait par voilier en direction de Miami ou des Bahamas) - mais depuis le séisme de janvier 2010 et que le Brésil a accepté de recevoir nos réfugiés - les Haïtiens ont commencé à arpenter aussi le continent sud-américain : après le Brésil, c'est aujourd'hui le Chili, le Mexique etc.


Mais jusque dans les années 1950, les jeunes Haïtiens ne laissaient guère leur pays que pour aller entreprendre des études à l'étranger. D'ailleurs les universités haïtiennes avaient l'équivalence avec les centres correspondants à l'étranger.
La migration ne concernait que les populations paysannes. Et d'ailleurs uniquement dans certaines régions.
De plus les gens ne partaient pas d'eux-mêmes - mais sur invitation. Ainsi la grande émigration vers Cuba a été initiée par l'occupant américain (1915-1934) dans la répartition par ce dernier de ses différents types d'intérêts dans la région.
Pour Cuba et la République dominicaine la grande entreprise agricole. Pour Haïti, le réservoir en main d'œuvre.


Ce sont surtout les familles haïtiennes du département du Sud (chef lieu, les Cayes) qui partent pour la province cubaine de l'Oriente (ville principale, Santiago) qui devient le haut lieu de la production sucrière cubaine exportée presque exclusivement aux Etats-Unis. Du moins jusqu'à l'arrivée de Fidel Castro (1959).
Tandis que le deuxième royaume sucrier de la région, la République dominicaine, s'alimente en main d'œuvre dans nos populations proches de nos frontières communes, y compris le Sud Est par Anse à Pitre (les Pédernales).
A Haïti, il reste le café, production de montagne (pour un pays de montagne).
Mais café qui, comme on sait, de plus en plus perd du terrain (c'est le cas de dire) avec la déforestation.
Déforestation qui veut dire (entre parenthèses) que le café déjà n'arrivait plus à faire vivre toute la zone située dans sa dépendance.
Surpopulation aidant.
Tout est dans tout !
Cependant jusque dans les années 1950, deux sources alimentent le budget public haïtien : les exportations de café ... et le tourisme. Avec l'Exposition à succès (1949) du bicentenaire de la fondation de la ville de Port-au-Prince (événement désigné couramment sous les noms de Cité de l'Exposition ou de Bicentenaire), le tourisme haïtien vient en tête dans la Caraïbe, à l'exception de Cuba.
La capitale haïtienne est jusque-là une ville de pas plus de 300 mille habitants.
Aujourd'hui, elle en abrite plus de 3 millions. Et pour une superficie encore moindre depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a détruit tout le centre-ville.
Ce qui nous ramène à notre sujet : d'où viennent ces 'importuns' si ardemment pourchassés aujourd'hui par nos conseils municipaux ?
Deux moments historiques à signaler.
En 1957, François Duvalier (Papa Doc) est élu président de la république.
Mais ce sont des élections arrangées par les forces armées. Et l'élu n'a aucune popularité à la capitale, Port-au-Prince.
Si tant est que pour ne pas se faire ridiculiser, le nouveau pouvoir est obligé de faire convoyer par camions entiers des paysans d'un peu partout, et par la contrainte.
Beaucoup d'entre eux ne sont pas ramenés dans leur patelin. Et se retrouvent des jours plus tard à errer dans les rues. Gamins, on allait leur envoyer des pierres. 'Rentrez chez vous !'
On n'est pas sérieux à cet âge ! De plus l'âge de raison était moins précoce qu'aujourd'hui. Nécessité oblige !
Ce sont ceux-là qui vont commencer à peupler les collines autour de la capitale (côté ouest et sud), aujourd'hui totalement bidonvillisées.
Là où l'on allait pendant les vacances, faire la chasse aux papillons.
Malgré tout ce n'est pas encore la vraie grande migration. Ni celle dont nous vivons aujourd'hui les conséquences.
On est toujours sous la dictature mais Duvalier fils arrive aux commandes à la mort de son père, en 1971.
Washington a tenu le nouveau régime sur les fonts baptismaux et Haïti revient dans l'orbite économique des Etats-Unis.
Particularité : la main d'œuvre la moins chère de la région. Ce sera donc la capitale régionale des industries d'assemblage, couramment dénommées chez nous : 'factories.'
Haïti gagne le grand prix pour la fabrication des balles de baseball.
Mais où trouver la main d'œuvre parce que le Port-au-Princien de ce temps-là tiquait devant la notion même de 'salaire minimum' qu'il considérait comme une insulte ?
Alors les Etats-Unis se souvinrent que c'est eux qui dans les années 1920 avaient convaincu l'Haïtien à aller couper la canne à Cuba ...
La même machine de propagande se remit en marche mais cette fois pour converger la main d'œuvre vers la capitale même du pays : le parc industriel de Port-au-Prince.
Cependant la dictature Duvalier y vit tout de suite une menace à la sécurité publique. Décision fut prise alors de créer une sorte de cité-dortoir. C'est Cité Soleil (ci-devant Cité Simone Duvalier), notre grand bidonville universellement connu, où les ouvriers et ouvrières se retrouvaient enfermés dès qu'ils avaient franchi la porte de la factory.
Argument utilisé par cette campagne américaine de 'public relations' pour faire descendre le paysan de ses montagnes : 'votre lopin de terre est fatigué, laissez le se reposer pendant quelque temps pendant que vous gagnerez en ville des moyens pour augmenter plus tard votre propriété.'
Le parc industriel de Port-au-Prince devint vite en effet débordant d'activités.
Mais l'histoire eut une fin brutale. En 1986, la dictature s'écroula. Les murailles qui isolaient Cité Soleil du reste de la capitale, tombèrent aussi. L'insécurité entre alors dans nos moeurs. Les meurtres dans les rues sont depuis quotidiens. Et la police nationale n'y voit que du feu. Aujourd'hui comme hier.
Mais ce n'est pas tout. En 1991, les Etats-Unis, en guise de protestation contre le coup d'Etat qui renversa le président élu Aristide (et dont on a peine à les considérer comme ayant été totalement innocents), firent voter aux Nations Unies un embargo commercial contre Haïti tant que les militaires n'auraient rendu le pouvoir qu'ils ont usurpé.
Le Parc industriel de Port-au-Prince se vida d'un seul coup. Ainsi soit-il.
Seules nous restent nos populations descendues des montagnes. Et qui ne peuvent plus repartir ... parce que la terre d'où elles étaient venues est encore plus inhospitalière qu'avant.
Le dernier coup, parce que jamais deux sans trois, c'est l'arrivée en force du riz de Miami et des importations de la République dominicaine voisine qui comblent les besoins que remplissait la production agricole nationale.
Mais sans création d'emplois, comment doivent faire nos besogneux pour survivre, monsieur le maire ?

Marcus - Haïti en Marche, 12 mai 2017

Les Toutes Dernières

25 juillet 2017 14H43
LA REPONSE DE L'EX-PRESIDENT JOCELERME PRIVERT

 

REPONSE A L’ARRETE PRESIDENTIEL DU 19 JUILLET 2017

Lettre ouverte du Secrétariat privé de l’ex…


24 juillet 2017 18H21
COUP DE BALAI DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE
DERNIERE HEURE Coup de balai dans le corps diplomatique haïtien Port…
24 juillet 2017 01H53
La Revue de la semaine 21 Juillet 2017
Alterpresse publie …
20 juillet 2017 03H03
Suicide à Miami de l’ex-directeur du FAES, Klaus Eberwein
Miami, 12 juillet 2017…
17 juillet 2017 23H42
PROJET DE CARTE D’IDENTTE POUR LES HAITIENS DE L‘EXTERIEUR
Jeudi, dans le souci de s’informer des mécanismes à mettre en place pour enregistrer les membres de la Diaspora haïtienne afin qu'ils puissent participer pleinement à la vie économique, sociale et politique du pays, Stéphanie Auguste la Ministre des Haïtiens Vivant à l’Etranger (MHAVE) s’est entretenue avec Wilson Fièvre, le Directeur Général de l’Office National d’Identification (ONI)…
17 juillet 2017 23H39
Privilèges aux ex-chefs d'état...
« Projet d’arrêté octroyant EXCLUSIVEMENT aux Chefs d’État ÉLUS au suffrage universel les privilèges et avantages […
16 juillet 2017 15H56
La reformation de l’armée en Haïti suscite des inquiétudes 14 juillet 2017 | Amélie Baron - Agence France-Presse à Port-au-Prince
Le premier recrutement de soldats par le ministère haïtien de la Défense, plus de 20 ans après la démobilisation de l’armée, démontre la volonté des autorités de renforcer la souveraineté nationale mais inquiète la société civile, qui craint une politisation de cette force…

Nouvelles En Bref

  • Salaire minimum
  • Forces Armées d’Haïti - Recrutement
  • Finances
  • USA: 15,000 visas supplémentaires
  • Santé
  • Immigration
  • Élections indirectes
  • Étudiante haïtienne assassinée
  • Transport public
  • Haïti-Sous-traitance
  • Traitement des séropositifs
  • Assassinat
  • Renforcement militaire à la frontière
  • Prix Théâtre RFI

Une rencontre s'est tenue, jeudi au Palais national entre le président de la République Jovenel Moïse et les représentants du secteur syndical haïtien; dans la perspective de résoudre durablement le problème du salaire minimum, dit une note du Bureau de Communication de la Présidence. Article Complet

Le délai de recrutement pour la mise en place d'une nouvelle armée, a été prolongé jusqu'au mardi 25 juillet 2017, en dépit de la grogne de plusieurs secteurs socio-politiques. Article Complet

Vendredi à la Chambre des députés, Jude Alix Patrick Salomon, Ministre de l'Économie et des Finances (MEF) accompagné de son Directeur Général Hérold Étienne et de Jean Michel Silin, Directeur Général du Budget, ainsi que de Aviol Fleurant, Ministre de la Planification, Muradin Morlan, Directeur Général de la

Article Complet

Il s'agit d'une démarche exceptionnelle qui vise à soutenir les entreprises américaines en manque de travailleurs non agricoles. Article Complet

Le président de la Fédération nationale des travailleurs de santé (FENATRAS), Levy Milot Felix a annoncé, le lundi 17 juillet, la possibilité de la levée de la grève du petit personnel dans les hôpitaux publics, après plus d'une semaine de paralysie des activités, notamment à l'Hôpital de l'Université

Article Complet

HPN - Lors d'une conférence de presse tenue, jeudi (20 juillet), le ministre de l'Intérieur et des collectivités territoriales, Dr. Max Rodolphe Saint Albin, a présenté les retombées immédiates du système de production de documents d'identité de la Direction de l'immigration et de l'émigration (DIE). Il a dit apprécier

Article Complet

Parlement : vers la régulation du fonctionnement des Assemblées municipales et départementales

Article Complet

Santo-Domingo, le 26 juin 2017 - (AHP) - Les proches de l'étudiante haïtienne Miguelita Marie Sheelove Thomas assassinée récemment en République dominicaine, ont déposé une plainte formelle contre son présumé assassin, un ressortissant haïtien, Williamson Hillaire, arrêté par la police dominicaine. Article Complet

HPN - La Direction centrale de la Police routière (DCPR) et la Commission nationale pour la modernisation du transport en commun ont repris une décision pour tenter de mettre un peu d'ordre dans le secteur public du transport, selon ce qu'ont annoncé, jeudi 20 juillet, les responsables de ces

Article Complet

Le coordonnateur adjoint de la Cellule de réflexion et d'action nationale (Cran), Chrisnel Dorsainvil, exhorte le pouvoir en place à se mettre plus à l'écoute des revendications sociales, notamment celle des ouvriers de la branche textile. Article Complet

Dans les Caraïbes, plus d'un tiers (36%) des personnes vivant avec le VIH / SIDA ne le savent pas, a révélé l'ONUSIDA dans son rapport annuel intitulé « Ending Aids » (en finir avec le SIDA). Article Complet

La Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a révélé, le mercredi 12 juillet, les premiers éléments de l'enquête qui ont conduit à l'arrestation de Wedly Felps St-Jean comme auteur intellectuel de l'assassinat de Marie Thérèse Delino, son épouse. Article Complet

(Haiti Libre)
Suite au durcissement et à la multiplication des contrôles migratoires sur tout le territoire dominicain, on assiste depuis le début de la semaine au poste frontière de Dajabón (entre autres), au rapatriement chaque jour de 800 à 1,000 Haïtiens en situation migratoire irrégulière. Article Complet

Parmi les 13 textes présélectionnés pour l'édition 2017 du Prix Théâtre RFI, figurent deux œuvres haïtiennes : Reconstruction(s) de Noé Beaubrun et Quai des ombres de Faubert Bolivar. Article Complet