Le président haïtien invité par son homologue français Emmanuel Macron pour assister à un sommet sur le climat le mardi 12 décembre 2017 Le président haïtien invité par son homologue français Emmanuel Macron pour assister à un sommet sur le climat le mardi 12 décembre 2017  

ECONOMIE


Haïti importateur et exportateur de 'pèpè'


PORT-AU-PRINCE, 6 Décembre – Le New York Times publiait le 16 novembre dernier un reportage dont le titre pourrait se traduire comme suit : 'Un cargo doublement rembourré en partance pour Haïti.'
Ceci pour expliquer que lorsqu'un cargo laissant le port de New York pour Haïti paraît chargé à ras bord, ce n'est encore que la moitié du chargement, parce que, explique l'article : chaque véhicule à bord (voiture, mini bus, school bus ou autre), chaque réfrigérateur, tout ce qui est capable de contenir d'autres effets, est rempli aussi de tout ce qui est possible et même inimaginable dans un tel lieu.
Des matelas, des vêtements, des équipements (par exemple, ceux-ci provenant jusque d'une vieille cimenterie), des fours et réfrigérateurs datant de Mathusalem, des bicyclettes en veux-tu en voilà, des motos cent fois plus, des douzaines de voitures de modèles qu'on ne trouve plus sur le marché, et celles-ci à leur tour remplies de vêtements, draps, microwaves (fours à micro-ondes), pneus de rechange et pas tout à fait neufs, de packs de jus de fruits et ces jours-ci d'arbres de Noel (en plastic bien sûr).
Mais seuls les cargos pour Haïti qui sont admis à prendre la mer dans un tel état, parce que les Haïtiens sont arrivés à convaincre les autorités du port que tout ce bataclan est indispensable dans leur pays, surtout après le séisme qui a détruit la capitale haïtienne le 12 janvier 2010 faisant près de 300.000 morts.
Pour toute autre destination, ce genre de marchandises voyage dans des conteneurs conçus à cet effet et sécurisés.
Mais pour Haïti, ce sont les véhicules à bord, voitures, bus et autres qui jouent le rôle de conteneur.
Ce qui facilite l'envoi sans contrôle de toutes sortes de 'junks' qui viennent atterrir dans les rues de la capitale haïtienne et des autres villes du pays, encombrant les trottoirs comme on sait.
'Les gens ici ont toujours expédié des choses dans les véhicules, mais depuis le tremblement de terre, c'est beaucoup plus' explique E. Z. Vallon, un employé haïtien au Red Hook Shipping, qui supervise les véhicules, majoritairement usagés, placés à bord, et qui sert aussi d'interprète pour ses patrons, ceux-ci paraissant ravis, les Haïtiens étant toujours prêts à payer le prix qu'il faut pour aider les parents et autres relations laissés en Haïti.
'La situation est vraiment mauvaise pour eux, et nous devons faire tout ce qui est possible pour les aider' dit un homme qui est venu envoyer toutes sortes de choses pour sa sœur Juliette, principalement des produits alimentaires et des vêtements.


...


D'autres causes de la crise économique haïtienne ...

JACMEL, 15 Avril – Les arguments d'aujourd'hui ne peuvent pas pouvoir ni vouloir expliquer toutes nos erreurs d'hier. Comme une analyse économique qui ferait remonter le marasme d'aujourd'hui à 1957 sous le prétexte que c'est le régime Duvalier qui a précipité le pays dans la crise économique en installant la dictature à vie.
Certes la dictature de trente ans a constitué un frein au développement mais Papa Doc n'a rien à voir avec les millions de la dette externe qui constituent aujourd'hui plus que jamais un boulet à tout effort de développement de notre part.
Comme ce projet de rénovation de l'aéroport international de Port-au-Prince avec une banque de Pékin, auquel nous avons dû renoncer parce que le pays n'ayant pas le doit de s'engager pour plus de 1,3% avec qui que ce soit en vertu de l'accord annulant notre dette externe au lendemain du séisme de janvier 2010.
La dictature, c'est triste à dire, a du bon en ce sens que le dictateur étant seul maitre à bord, il ne peut le reprocher à personne quand quelque chose ne va pas.
Aussi est-ce Papa Doc qui, en 14 ans de règne (1957-1971), a construit le premier et jusqu'à présent le seul aéroport international du pays, celui de Port-au-Prince, ainsi que la centrale hydroélectrique de Péligre qui, elle aussi, reste la seule en son genre. Dans l'un comme dans l'autre cas, nous n'avons pas fait mieux depuis.
Tout comme le fils, Baby Doc, a construit un important réseau national de téléphonie, la Teleco, en son temps l'un des plus modernes de la Caraïbe avec la station terrienne de Cabaret (au nord de la capitale). Etc.
Nous n'avons rien inventé depuis de plus important comme instrument de développement. Hélas.

Des caisses bien pleines ! ...
Quant à la dette externe, il faut rappeler que François Duvalier, un vieux de la vieille, savait que d'une façon indirecte c'est encore elle qui peut constituer le plus grand empêchement au développement d'un pays quand celui-ci ne dispose pas des infrastructures appropriées pour transformer cette dette en instrument réel de développement.


Aussi s'arrangea-t-il pour laisser à son successeur, Jean-Claude Duvalier dit Baby Doc, un important excédent budgétaire, en un mot des caisses bien pleines, qui permirent au régime de ne pas avoir besoin de courtiser tout de suite les grandes institutions de financement.
D'autant plus que les Haïtiens s'étaient habitués depuis à se serrer la ceinture.
Et que vit-on ? Faut l'avoir vécu pour le croire. Ce sont ces dernières, lesdites grandes institutions internationales de crédit, qui se sont mises à courtiser le régime sous le prétexte que : un pays ne peut pas se développer sans emprunter, etc.
Baby Doc et sa bande finirent par se laisser prendre à l'hameçon. Comme dit la Bible : ils y goûtèrent et ils virent que c'était bon. Et depuis ils ne purent s'arrêter.

28 novembre 1980 ...
Nous lisions encore récemment que la situation actuelle remonterait à 1971, et que c'est depuis que dure la descente aux enfers. Mais avec toujours les mêmes arguments : mauvaise utilisation de l'aide ainsi que de la dette, avec de plus une instabilité politique chronique.
1971, Papa Doc meurt et, sur la base d'un accord concocté avec Washington, c'est son fils, Baby Doc, qui hérite du pouvoir à vie, qu'il gardera pendant 15 ans, jusqu'au 7 février 1986.
De 1971 jusque-là, de quelle instabilité politique peut-il s'agir ?
Le pays a continué à être dirigé d'une main de fer par une dictature ne concédant aucune liberté. Les tentatives de liberté d'expression (mouvement dit de la presse indépendante) et d'exercice de quelques droits syndicaux et politiques, tolérés le temps de l'administration du président américain promoteur des droits humains, Jimmy Carter, sont écrasés dès l'accession du Républicain Ronald Reagan. C'est le crackdown historique du 28 novembre 1980.
Cela fait donc 15 ans (1971-1986), sans la moindre instabilité politique (proprement dite), et que le pays a été la propriété exclusive de la dictature (version Baby Doc) et de son principal support : la grande bourgeoisie d'affaires.

Le concept de salaire minimum ...
Outre que c'est aussi la dernière décennie qui aura été la plus favorable pour l'économie haïtienne avec l'avènement des industries d'assemblage communément appelées 'factories' (création du Parc industriel) suivi aussitôt d'une relance réelle du tourisme.
Précisons du tourisme, non de l'industrie touristique, car ce n'est pas la même chose. Tandis que nos voisins Dominicains eux mettaient au point une réelle industrie et qui fait aujourd'hui encore leur bonheur.
Du côté de la population, après avoir boudé le concept de salaire minimum (le mot minimum choquait le peuple de Port-au-Prince), le régime, avec le support de l'USAID, entreprit une grande campagne pour amener les paysans à se déplacer vers la capitale. On connaît la suite. Création de Cité Simone, futur Cité Soleil, aujourd'hui le plus hideux bidonville d'Haïti. Rapidement la capitale compte plus de 3 millions d'habitants sur une population haïtienne de quelque 10 millions.

La dette externe et son annulation-piège ...
Oui on connaît trop bien la suite ! Ce sont les troubles politiques qui suivent immédiatement la chute de la dictature en février 1986. Puis le coup d'état militaire de 1991. En réaction, la communauté internationale décrète un embargo international. Fuite des factories vers des cieux plus tranquilles, tandis que le touriste avait plié bagage depuis l'apparition du Sida (1982).
C'est depuis ce temps-là que nous avons perdu réellement les rênes de l'économie nationale.
Pris entre deux feux : d'un côté, oui désormais, l'instabilité politique perpétuelle (avec son corollaire : la disparition de l'autorité publique, un Etat impuissant) ; de l'autre la dette externe dont il est impossible de se défaire, sinon par la grâce d'une annulation mais qui vous lie encore davantage. Eh oui !
Aujourd'hui nos analystes (à court d'analyse ou plutôt à l'analyse un peu courte) portent même la responsabilité sur la subvention du pétrole à la pompe ...
Cette subvention a été permise grâce à l'accord Petrocaribe (2006), en vertu duquel nous achetons le pétrole vénézuélien à meilleur prix avec de plus la possibilité de garder une partie des revenus de la vente en guise de crédit au développement.
Mais comme on sait le pétrole ne fait aujourd'hui pas de prix. Comme il est arrivé aussi au fil des années à notre café. Les exportations de café ont constitué notre arme économique de choc jusqu'à la fin des années 1950.

Comptes en banque en Suisse ...
Par conséquent attention à cette mode de la globalisation qui mettrait toute l'histoire de ces 60 dernières années dans le même panier que nos plaies d'aujourd'hui, voire de la maudite instabilité politique ?
On ne peut passer à pieds joints sur la décennie dite de la révolution économique jean-claudiste ?
Où sont passés les millions créés par le dur labeur des ouvrières de factory et en l'absence de toute liberté syndicale et politique ?
Et quand survint en novembre 1980 le crackdown contre la presse indépendante et contre les premiers soubresauts politiques, contrairement à ce que le régime a pu croire : son problème n'était pas vraiment politique mais proprement d'ordre économique. Après une décennie de développement à marches forcées, la machine avait besoin d'être relancée. Or toutes les économies réalisées, au lieu d'être réinvesties dans le pays, avaient été placées dans des comptes en banque en Suisse aussi bien par Baby Doc que par tous nos millionnaires du secteur des affaires. Et bien entendu pour ne plus jamais revenir dans le pays, comme on sait.
Jusqu'à un fonctionnaire de l'Ambassade de Suisse qui nous disait que celle-ci ne sait quoi faire pour remettre à Haïti le reliquat de la fortune détournée par Baby Doc Duvalier !
Voici plutôt où il faut faire remonter la crise actuelle.
Ce n'est pas la subvention de la gazoline à la pompe qui doit porter la responsabilité de nos malheurs actuels.

Haïti en Marche, 15 Avril 2017

Les Toutes Dernières

13 décembre 2017 03H41
Funérailles officielle pour Manno Charlemagne lit-n dans Rezo Nòdwest
12 décembre 2017 Rezo Nodwes Mardi 12 décembre 2017 ((rezonodwes…
12 décembre 2017 00H56
Les présidents Emmanuel Macron et Jovenel Moïse se rencontrent
Déclaration conjointe de Jovenel Moise et d'Emmanuel Macron       En matière d’éducation, le plan d’action établi en 2015 par [le ministère de l'éducation haïtien de l'époque, ndlr]  sera intégralement exécuté avec 50 millions d’euros annoncés…
11 décembre 2017 23H08
Le gouvernement américain fait don de casernes de pompiers aux autorités haïtiennes
 Port…
11 décembre 2017 02H42
AU REVOIR MANNO !
    Manno Charlemagne était un chanteur folklorique haïtien, écrivain et compositeur, né en 1948, dans la ville de Carrefour, une banlieue grandissante à Port…
11 décembre 2017 01H36
Voyage en Belgique
SEJOUR EN BELGIQUE    mercredi 13 décembre, le Président se rendra en Belgique où l’attend un agenda bien rempli…
11 décembre 2017 01H35
Le Voyage du Président jovenel Moïse en France
Le Président de la République en voyage officiel en Europe
11 décembre 2017 01H33
Le Président Jovenel Moïse est bloqué à l'aéroport de Londres. pr´
Bloqué à Londres, Jovenel Moïse n’a pas pu rencontrer la communauté haïtienne à Paris   Les aléas climatiques empêchent à Jovenel Moïse d’arriver à Paris…
7 décembre 2017 02H18
LA GRANDE MANIFESTATION DU 5 DECEMBRE
Haïti…

Nouvelles En Bref

  • Le président en Belgique
  • Cartes de crédit
  • Criminalité
  • Marche contre la corruption
  • VILLAGE ALTERNATIBA HAÏTI 2017
  • 29 novembre 1987
  • Investissement de 82 millions
  • Religion et PolItique
  • Moreau/Camp-Perrin
  • Agriculture
  • Déficience intellectuelle
  • Repaire d’un gang
  • TELEPHONIE
  • Hadom

Le président de la République Jovenel Moise se trouve en tournée officielle en Europe bientôt. S'il doit s'entretenir avec son homologue français Emmanuel Macron, il ne manquera pas d'effectuer un passage en Belgique où, le 14 décembre, il devrait s'entretenir avec le Roi et la Reine de Belgique. Article Complet

Port-au-Prince, le 7 décembre 2017 - (AHP) -Le gouverneur de la Banque de la République d'Haïti, Jean Baden Dubois, a fait le point le jeudi 7 décembre sur la nouvelle décision qui consiste à exiger que toutes les transactions effectuées à partir de cartes de crédit émises en Haïti,

Article Complet

Port-au-Prince, le 7 décembre 2017 - (AHP) - Le chef du Parquet de Port-au-Prince, Clamé Ocname Daméus et le chef de la police de Pétion-Ville, Jean-Gospel Monélus ont rendu visite le jeudi 7 décembre à Alain Pierre Bazile et son épouse, agressés la veille par des bandits armés alors qu'ils

Article Complet

Port-au-Prince, le 6 décembre 2017 - (AHP) - Des milliers de personnes ont participé, le mardi 5 décembre, dans les rues de la capitale à une importante marche pacifique pour dénoncer la corruption et l'impunité qui gangrènent, disent-ils, l'administration publique. Article Complet

Cité Soleil, le 10 décembre 2017 – (AHP) - Le parc athlétique d'Haïti a accueilli les 8 et 9 décembre, la 3e édition de « Village Alternatiba », une initiative du collectif Alternatiba et du groupe d'Action francophone pour l'environnement (GAFE) qui avaient choisi cette année, la gestion et la valorisation des

Article Complet

Note Officielle - Port-au-Prince, le mercredi 29 novembre 2017. Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, accompagné du Premier ministre, Jack Guy Lafontant, a déposé, ce mercredi 29 novembre à l'Ecole nationale Argentine Bellegarde, une gerbe de fleurs au pied du mémorial dédié aux personnes tuées

Article Complet

Suite à une visite officielle (lundi 27 novembre) à Caracas (Venezuela) le président haïtien Jovenel Moïse a annoncé un investissement de 82 millions de dollars américains dans les secteurs agriculture, énergie et route. Cette somme sera tirée, dit-il, d'un fonds de 97 millions de dollars déjà disponible à

Article Complet

Les évêques, réunis en Assemblée Plénière Ordinaire au siège de la CEH à Lilavois, du 27 Novembre au 1er Décembre 2017, ont pris la décision d'interdire l'utilisation partisane de l'enceinte religieuse. Article Complet

Port-au-Prince, le vendredi 1er décembre 2017.- Le chef de l'Etat était accompagné du chef de la délégation de l'Union européenne en Haïti, Vincent Degert, et de plusieurs membres du cabinet ministériel. Article Complet

Cayes, 29 nov. 2017 [AlterPresse] --- Onze projets agricoles de stockage, de transformation et de commercialisation du maïs, du manioc, de l'arachide et du riz, portés par des Organisations de producteurs ruraux (Opr) du Sud viennent de recevoir un financement dans le cadre du Projet de Renforcement des Services

Article Complet

P-au-P, 28 nov. 2017 [AlterPresse] --- Des activités autour de la déficience intellectuelle se déroulent, du lundi 27 au mardi 12 décembre 2017, dans les 10 départements géographiques d'Haïti, en vue de sensibiliser la population sur les droits des personnes handicapées. Article Complet

Pétion-Ville, le 27 novembre 2017 - (AHP) - Les forces de l'ordre ont appréhendé le lundi (27 novembre), le présumé chef de gang, Georges William Mc Nally. C'est la police de Pétion-Ville qui a procédé à son interpellation à Pèlerin 5, moins de 24 heures après l'arrestation de son épouse

Article Complet

Les nombreuses plaintes dirigées contre les fournisseurs d'internet et de téléphonie ont finalement réussi à susciter la réaction d'au moins une des compagnies concernées. Article Complet

Le journal Haïti en Marche signale toute une série de bâtiments inachevés ou mal construits, tels que Le Triomphe (dont Hadom dit n'avoir pas touché la totalité du contrat ...).
Et pour cause.

Article Complet