Coucher de soleil par-dessus les montagnes de La Vallée de Jacmel (HenM) Coucher de soleil par-dessus les montagnes de La Vallée de Jacmel (HenM)  

UNE AUTRE HAITI


Coucher de soleil à La Vallée


LA VALLEE DE JACMEL, 15 Août – 'Coucher de soleil à La Vallée', cette petite carte-souvenirs de voyage ferait merveille dans le monde. On ne se croirait pas en Haïti. Nous sommes à La Vallée de Jacmel.
Connaissez-vous un coin en Haïti sans des hordes de taxi motos, sans feux de signalisation en panne parce que ici une voiture est aussi rare qu'un éléphant blanc; tenez-vous bien, sans mendiants même dans une crise économique comme celle que nous traversons, probablement parce que les paysans ici vivent de leurs terres, au fond de leurs terres et qu'il n'y a rien que la montagne, la montagne toujours recommencée, d'un vert du plus pur au plus nuancé.
En ville, pas plus de deux maisons par bloc et toutes comme ce qu'un auteur suédois appelle 'maisons de poupée', pour leur charme unique.
Oui on est bien en Haïti, et à La Vallée de Jacmel, communément appelée La Vallée. En effet il ne peut y en avoir deux!
Mais le plus curieux c'est que, comme dans un catalogue Sears pour un épisode de La Belle au Bois Dormant, toutes les rues sont asphaltées. Fraichement. Pas un seul nid de poule, ni même d'ortolan, et l'averse est à peine terminée que toute l'eau a fini d'y couler.


...


D'autres causes de la crise économique haïtienne ...

JACMEL, 15 Avril – Les arguments d'aujourd'hui ne peuvent pas pouvoir ni vouloir expliquer toutes nos erreurs d'hier. Comme une analyse économique qui ferait remonter le marasme d'aujourd'hui à 1957 sous le prétexte que c'est le régime Duvalier qui a précipité le pays dans la crise économique en installant la dictature à vie.
Certes la dictature de trente ans a constitué un frein au développement mais Papa Doc n'a rien à voir avec les millions de la dette externe qui constituent aujourd'hui plus que jamais un boulet à tout effort de développement de notre part.
Comme ce projet de rénovation de l'aéroport international de Port-au-Prince avec une banque de Pékin, auquel nous avons dû renoncer parce que le pays n'ayant pas le doit de s'engager pour plus de 1,3% avec qui que ce soit en vertu de l'accord annulant notre dette externe au lendemain du séisme de janvier 2010.
La dictature, c'est triste à dire, a du bon en ce sens que le dictateur étant seul maitre à bord, il ne peut le reprocher à personne quand quelque chose ne va pas.
Aussi est-ce Papa Doc qui, en 14 ans de règne (1957-1971), a construit le premier et jusqu'à présent le seul aéroport international du pays, celui de Port-au-Prince, ainsi que la centrale hydroélectrique de Péligre qui, elle aussi, reste la seule en son genre. Dans l'un comme dans l'autre cas, nous n'avons pas fait mieux depuis.
Tout comme le fils, Baby Doc, a construit un important réseau national de téléphonie, la Teleco, en son temps l'un des plus modernes de la Caraïbe avec la station terrienne de Cabaret (au nord de la capitale). Etc.
Nous n'avons rien inventé depuis de plus important comme instrument de développement. Hélas.

Des caisses bien pleines ! ...
Quant à la dette externe, il faut rappeler que François Duvalier, un vieux de la vieille, savait que d'une façon indirecte c'est encore elle qui peut constituer le plus grand empêchement au développement d'un pays quand celui-ci ne dispose pas des infrastructures appropriées pour transformer cette dette en instrument réel de développement.


Aussi s'arrangea-t-il pour laisser à son successeur, Jean-Claude Duvalier dit Baby Doc, un important excédent budgétaire, en un mot des caisses bien pleines, qui permirent au régime de ne pas avoir besoin de courtiser tout de suite les grandes institutions de financement.
D'autant plus que les Haïtiens s'étaient habitués depuis à se serrer la ceinture.
Et que vit-on ? Faut l'avoir vécu pour le croire. Ce sont ces dernières, lesdites grandes institutions internationales de crédit, qui se sont mises à courtiser le régime sous le prétexte que : un pays ne peut pas se développer sans emprunter, etc.
Baby Doc et sa bande finirent par se laisser prendre à l'hameçon. Comme dit la Bible : ils y goûtèrent et ils virent que c'était bon. Et depuis ils ne purent s'arrêter.

28 novembre 1980 ...
Nous lisions encore récemment que la situation actuelle remonterait à 1971, et que c'est depuis que dure la descente aux enfers. Mais avec toujours les mêmes arguments : mauvaise utilisation de l'aide ainsi que de la dette, avec de plus une instabilité politique chronique.
1971, Papa Doc meurt et, sur la base d'un accord concocté avec Washington, c'est son fils, Baby Doc, qui hérite du pouvoir à vie, qu'il gardera pendant 15 ans, jusqu'au 7 février 1986.
De 1971 jusque-là, de quelle instabilité politique peut-il s'agir ?
Le pays a continué à être dirigé d'une main de fer par une dictature ne concédant aucune liberté. Les tentatives de liberté d'expression (mouvement dit de la presse indépendante) et d'exercice de quelques droits syndicaux et politiques, tolérés le temps de l'administration du président américain promoteur des droits humains, Jimmy Carter, sont écrasés dès l'accession du Républicain Ronald Reagan. C'est le crackdown historique du 28 novembre 1980.
Cela fait donc 15 ans (1971-1986), sans la moindre instabilité politique (proprement dite), et que le pays a été la propriété exclusive de la dictature (version Baby Doc) et de son principal support : la grande bourgeoisie d'affaires.

Le concept de salaire minimum ...
Outre que c'est aussi la dernière décennie qui aura été la plus favorable pour l'économie haïtienne avec l'avènement des industries d'assemblage communément appelées 'factories' (création du Parc industriel) suivi aussitôt d'une relance réelle du tourisme.
Précisons du tourisme, non de l'industrie touristique, car ce n'est pas la même chose. Tandis que nos voisins Dominicains eux mettaient au point une réelle industrie et qui fait aujourd'hui encore leur bonheur.
Du côté de la population, après avoir boudé le concept de salaire minimum (le mot minimum choquait le peuple de Port-au-Prince), le régime, avec le support de l'USAID, entreprit une grande campagne pour amener les paysans à se déplacer vers la capitale. On connaît la suite. Création de Cité Simone, futur Cité Soleil, aujourd'hui le plus hideux bidonville d'Haïti. Rapidement la capitale compte plus de 3 millions d'habitants sur une population haïtienne de quelque 10 millions.

La dette externe et son annulation-piège ...
Oui on connaît trop bien la suite ! Ce sont les troubles politiques qui suivent immédiatement la chute de la dictature en février 1986. Puis le coup d'état militaire de 1991. En réaction, la communauté internationale décrète un embargo international. Fuite des factories vers des cieux plus tranquilles, tandis que le touriste avait plié bagage depuis l'apparition du Sida (1982).
C'est depuis ce temps-là que nous avons perdu réellement les rênes de l'économie nationale.
Pris entre deux feux : d'un côté, oui désormais, l'instabilité politique perpétuelle (avec son corollaire : la disparition de l'autorité publique, un Etat impuissant) ; de l'autre la dette externe dont il est impossible de se défaire, sinon par la grâce d'une annulation mais qui vous lie encore davantage. Eh oui !
Aujourd'hui nos analystes (à court d'analyse ou plutôt à l'analyse un peu courte) portent même la responsabilité sur la subvention du pétrole à la pompe ...
Cette subvention a été permise grâce à l'accord Petrocaribe (2006), en vertu duquel nous achetons le pétrole vénézuélien à meilleur prix avec de plus la possibilité de garder une partie des revenus de la vente en guise de crédit au développement.
Mais comme on sait le pétrole ne fait aujourd'hui pas de prix. Comme il est arrivé aussi au fil des années à notre café. Les exportations de café ont constitué notre arme économique de choc jusqu'à la fin des années 1950.

Comptes en banque en Suisse ...
Par conséquent attention à cette mode de la globalisation qui mettrait toute l'histoire de ces 60 dernières années dans le même panier que nos plaies d'aujourd'hui, voire de la maudite instabilité politique ?
On ne peut passer à pieds joints sur la décennie dite de la révolution économique jean-claudiste ?
Où sont passés les millions créés par le dur labeur des ouvrières de factory et en l'absence de toute liberté syndicale et politique ?
Et quand survint en novembre 1980 le crackdown contre la presse indépendante et contre les premiers soubresauts politiques, contrairement à ce que le régime a pu croire : son problème n'était pas vraiment politique mais proprement d'ordre économique. Après une décennie de développement à marches forcées, la machine avait besoin d'être relancée. Or toutes les économies réalisées, au lieu d'être réinvesties dans le pays, avaient été placées dans des comptes en banque en Suisse aussi bien par Baby Doc que par tous nos millionnaires du secteur des affaires. Et bien entendu pour ne plus jamais revenir dans le pays, comme on sait.
Jusqu'à un fonctionnaire de l'Ambassade de Suisse qui nous disait que celle-ci ne sait quoi faire pour remettre à Haïti le reliquat de la fortune détournée par Baby Doc Duvalier !
Voici plutôt où il faut faire remonter la crise actuelle.
Ce n'est pas la subvention de la gazoline à la pompe qui doit porter la responsabilité de nos malheurs actuels.

Haïti en Marche, 15 Avril 2017

Les Toutes Dernières

19 août 2017 23H51
appel à la vigilance à l'occasion du passage de l'éclipse solaire sur Haïti
Environnement et santé …
17 août 2017 18H29
Nos artistes à la 13ème Édition du Festival CARIFESTA
(Haiti Libre) Mercredi, une délégation haïtienne s laissé Port…
17 août 2017 18H19
Réunion d’un Comité de Haut Niveau pour l’élimination du Cholera dans le pays
Le Comité de haut niveau pour l'élimination du choléra en Haïti co…
17 août 2017 18H17
Légère secousse ressentie dans les Nippes le 16 août
Normal…
16 août 2017 00H27
Les chauffeurs de taxi-moto toujours sur la sellette
Les chauffeurs de taxis…
16 août 2017 00H25
Radio Canada pose la question de la fiabilité des demandes des nouveaux arrivants haïtiens
Les demandeurs d'asile seraient…

Nouvelles En Bref

  • Eclipse solaire
  • Blocage de la justice
  • 4 Haïtiens tués
  • Education
  • Fanmi Lavalas dénonce
  • Boat people
  • Canada - Immigration
  • Ministre de la défense
  • Fondation Lorquet
  • FERMETURES DE RADIOS PIRATES
  • Les députés contre la diaspora
  • Usine électrique à Bonneau

[AlterPresse] --- La population a été appelée à éviter de regarder le soleil, lors du passage d'une éclipse solaire [1]partielle, prévue ce lundi 21 août 2017. Article Complet

HPN - Si rien n'est fait pour réviser à la hausse le budget du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), les juges arrêteront de travailler à partir du mois d'octobre. C'est en tout cas ce qu'ont annoncé les associations de magistrats du pays placés pour condamner ou libérer tous

Article Complet

Santo-Domingo, le 17 aout 2017 - (AHP) - Le Ministère public de Santo-Domingo a fait savoir jeudi en fin de journée que les 4 détenus de nationalité haïtienne tués dans la matinée à la prison la Victoria, ont été assassinés par 10 détenus qui auraient voulu s'approprier une somme d'argent

Article Complet

HPN - Des rencontres de travail se sont tenues, les mardi 15 et mercredi 16 août 2017, à Washington (USA) entre le ministre de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), M. Pierre Josué Agénor Cadet, des responsables de la Banque mondiale (BM) et du Partenariat mondial pour

Article Complet

Port-au-Prince, le 17 aout 2017 - (AHP) - La coordonnatrice du comité exécutif de l'organisation politique, Fanmi Lavalas, Dr Maryse Narcisse, s'est montrée très critique ce jeudi (17 août), vis-a-vis de la gestion de l'équipe Tèt Kale, dirigée par le président Jovenel Moise et son premier ministre Jack Guy Lafontant.

Article Complet

HPN - 151 migrants haïtiens irréguliers ont été interceptés au large des Bahamas lors de deux opérations de la Garde côtière des États-Unis. Ils ont été transférés le 10 août 2017 à Royal Bahamas Defence Force (RBDF), lit-on dans une note du Groupe d'Appui aux Rapatriés et Refugiés (GARR). Article Complet

Les enfants nés aux États-Unis de parents haïtiens sont citoyens américains. Si la demande de statut de réfugié de la famille est refusée, le Canada doit renvoyer les parents en Haïti, mais les enfants aux États-Unis, une situation intenable, explique un avocat spécialisé en immigration. Article Complet

P-au-P, 17 août. 2017 [AlterPresse] --- Le titulaire du ministère de la défense, Hervé Denis, est à nouveau convoqué à la chambre des députés, le mardi 22 août 2017, indique à AlterPresse, le député de la circonscription Bombardopolis/Baie de Henne, Jean-Michel Moïse. Article Complet

Port-au-Prince - Le 19 Août 2017. - La Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA), a clôturé le vendredi 18 août 2017, les activités de la première édition du Camp d'été organisé du 31 juillet au 18 août 2017, en partenariat avec le Lycée Alexandre Pétion sur le thème «J'ai

Article Complet

NOTE DE PRESSE - La Direction Générale de l'Organe Exécutif du Conseil National des Télécommunications (CONATEL) informe le public en général, la presse en particulier et les propriétaires des tours d'antenne de télécommunications, que dans le cadre de l'application du point 3 du Communiqué ''CNT-DG-381-17'' « du CONATEL en date

Article Complet

Budget 2017-2018 - 10 août 2017 Rezo Nodwes - ((rezonodwes.com))– Aucun député de la 50ème législature n'a protesté contre l'introduction dans le budget 2017-2018 d'un impôt forfaitaire annuel de 10,000 gourdes minimum que devront obligatoirement payer les Haïtiens vivant à l'étranger, sous peine de ne plus recevoir de services de

Article Complet

Port-au-Prince, le 10 août 2017.- Le président de la République Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, accompagné du ministre des Travaux publics, transports et communications, l'ingénieur Fritz Caillot, du député de Saint-Louis du Nord, l'honorable Freud Morancy, et de certains élus locaux a procédé ce jeudi 10 août 2017

Article Complet