Le président haïtien Jovenel Moïse devant un chantier de curage de canaux d'irrigation Le président haïtien Jovenel Moïse devant un chantier de curage de canaux d'irrigation  

HAITI ECONOMIE & GOUVERNEMENT


Pas de production nationale sans protection du marché local


MEYER, 21 Avril – Le Président Jovenel Moïse va par monts et par vaux pour encourager la production nationale. Et en même temps la création d'emplois.
Avec une préférence pour la production agricole. Le nouveau chef de l'Etat a d'abord été patron d'une entreprise agricole, Agritrans, spécialisée dans la production et l'exportation de bananes.
Le 1er mai prochain, le président lancera une opération dite la caravane du changement dans le plus grand grenier du pays, du moins symboliquement : la Vallée de l'Artibonite, qui à elle seule produisait jusque dans les années 1980 suffisamment de riz pour nourrir une population de 10 millions.
Tantôt c'est dans une usine de transformation de produits locaux : tomates, mangues, cacao, fruits de mer etc.
Mais il ne faut pas confondre. D'un côté il s'agit de la production agricole paysanne.
De l'autre d'industrialisation même à base de produits de l'agriculture locale.
Pourquoi disons-nous qu'il ne faut pas confondre ?
Parce que ce n'est pas la première expérience du genre. Et cela n'a point marché. Ni d'un côté ni de l'autre.


Des poulaillers sur les toits ...
Dans les années 2006-2011, pendant le second mandat du président René Préval, un important effort de lancement de la petite production locale, a eu lieu.
Des coopératives de transformation fleurissant dans tous les départements, produisant selon l'endroit du beurre de cacahuète (mambas), du 'rapadou' (sucre local), de la cassave (pain artisanal), bien présentés et marketing à l'appui ......


D'autres causes de la crise économique haïtienne ...

JACMEL, 15 Avril – Les arguments d'aujourd'hui ne peuvent pas pouvoir ni vouloir expliquer toutes nos erreurs d'hier. Comme une analyse économique qui ferait remonter le marasme d'aujourd'hui à 1957 sous le prétexte que c'est le régime Duvalier qui a précipité le pays dans la crise économique en installant la dictature à vie.
Certes la dictature de trente ans a constitué un frein au développement mais Papa Doc n'a rien à voir avec les millions de la dette externe qui constituent aujourd'hui plus que jamais un boulet à tout effort de développement de notre part.
Comme ce projet de rénovation de l'aéroport international de Port-au-Prince avec une banque de Pékin, auquel nous avons dû renoncer parce que le pays n'ayant pas le doit de s'engager pour plus de 1,3% avec qui que ce soit en vertu de l'accord annulant notre dette externe au lendemain du séisme de janvier 2010.
La dictature, c'est triste à dire, a du bon en ce sens que le dictateur étant seul maitre à bord, il ne peut le reprocher à personne quand quelque chose ne va pas.
Aussi est-ce Papa Doc qui, en 14 ans de règne (1957-1971), a construit le premier et jusqu'à présent le seul aéroport international du pays, celui de Port-au-Prince, ainsi que la centrale hydroélectrique de Péligre qui, elle aussi, reste la seule en son genre. Dans l'un comme dans l'autre cas, nous n'avons pas fait mieux depuis.
Tout comme le fils, Baby Doc, a construit un important réseau national de téléphonie, la Teleco, en son temps l'un des plus modernes de la Caraïbe avec la station terrienne de Cabaret (au nord de la capitale). Etc.
Nous n'avons rien inventé depuis de plus important comme instrument de développement. Hélas.

Des caisses bien pleines ! ...
Quant à la dette externe, il faut rappeler que François Duvalier, un vieux de la vieille, savait que d'une façon indirecte c'est encore elle qui peut constituer le plus grand empêchement au développement d'un pays quand celui-ci ne dispose pas des infrastructures appropriées pour transformer cette dette en instrument réel de développement.


Aussi s'arrangea-t-il pour laisser à son successeur, Jean-Claude Duvalier dit Baby Doc, un important excédent budgétaire, en un mot des caisses bien pleines, qui permirent au régime de ne pas avoir besoin de courtiser tout de suite les grandes institutions de financement.
D'autant plus que les Haïtiens s'étaient habitués depuis à se serrer la ceinture.
Et que vit-on ? Faut l'avoir vécu pour le croire. Ce sont ces dernières, lesdites grandes institutions internationales de crédit, qui se sont mises à courtiser le régime sous le prétexte que : un pays ne peut pas se développer sans emprunter, etc.
Baby Doc et sa bande finirent par se laisser prendre à l'hameçon. Comme dit la Bible : ils y goûtèrent et ils virent que c'était bon. Et depuis ils ne purent s'arrêter.

28 novembre 1980 ...
Nous lisions encore récemment que la situation actuelle remonterait à 1971, et que c'est depuis que dure la descente aux enfers. Mais avec toujours les mêmes arguments : mauvaise utilisation de l'aide ainsi que de la dette, avec de plus une instabilité politique chronique.
1971, Papa Doc meurt et, sur la base d'un accord concocté avec Washington, c'est son fils, Baby Doc, qui hérite du pouvoir à vie, qu'il gardera pendant 15 ans, jusqu'au 7 février 1986.
De 1971 jusque-là, de quelle instabilité politique peut-il s'agir ?
Le pays a continué à être dirigé d'une main de fer par une dictature ne concédant aucune liberté. Les tentatives de liberté d'expression (mouvement dit de la presse indépendante) et d'exercice de quelques droits syndicaux et politiques, tolérés le temps de l'administration du président américain promoteur des droits humains, Jimmy Carter, sont écrasés dès l'accession du Républicain Ronald Reagan. C'est le crackdown historique du 28 novembre 1980.
Cela fait donc 15 ans (1971-1986), sans la moindre instabilité politique (proprement dite), et que le pays a été la propriété exclusive de la dictature (version Baby Doc) et de son principal support : la grande bourgeoisie d'affaires.

Le concept de salaire minimum ...
Outre que c'est aussi la dernière décennie qui aura été la plus favorable pour l'économie haïtienne avec l'avènement des industries d'assemblage communément appelées 'factories' (création du Parc industriel) suivi aussitôt d'une relance réelle du tourisme.
Précisons du tourisme, non de l'industrie touristique, car ce n'est pas la même chose. Tandis que nos voisins Dominicains eux mettaient au point une réelle industrie et qui fait aujourd'hui encore leur bonheur.
Du côté de la population, après avoir boudé le concept de salaire minimum (le mot minimum choquait le peuple de Port-au-Prince), le régime, avec le support de l'USAID, entreprit une grande campagne pour amener les paysans à se déplacer vers la capitale. On connaît la suite. Création de Cité Simone, futur Cité Soleil, aujourd'hui le plus hideux bidonville d'Haïti. Rapidement la capitale compte plus de 3 millions d'habitants sur une population haïtienne de quelque 10 millions.

La dette externe et son annulation-piège ...
Oui on connaît trop bien la suite ! Ce sont les troubles politiques qui suivent immédiatement la chute de la dictature en février 1986. Puis le coup d'état militaire de 1991. En réaction, la communauté internationale décrète un embargo international. Fuite des factories vers des cieux plus tranquilles, tandis que le touriste avait plié bagage depuis l'apparition du Sida (1982).
C'est depuis ce temps-là que nous avons perdu réellement les rênes de l'économie nationale.
Pris entre deux feux : d'un côté, oui désormais, l'instabilité politique perpétuelle (avec son corollaire : la disparition de l'autorité publique, un Etat impuissant) ; de l'autre la dette externe dont il est impossible de se défaire, sinon par la grâce d'une annulation mais qui vous lie encore davantage. Eh oui !
Aujourd'hui nos analystes (à court d'analyse ou plutôt à l'analyse un peu courte) portent même la responsabilité sur la subvention du pétrole à la pompe ...
Cette subvention a été permise grâce à l'accord Petrocaribe (2006), en vertu duquel nous achetons le pétrole vénézuélien à meilleur prix avec de plus la possibilité de garder une partie des revenus de la vente en guise de crédit au développement.
Mais comme on sait le pétrole ne fait aujourd'hui pas de prix. Comme il est arrivé aussi au fil des années à notre café. Les exportations de café ont constitué notre arme économique de choc jusqu'à la fin des années 1950.

Comptes en banque en Suisse ...
Par conséquent attention à cette mode de la globalisation qui mettrait toute l'histoire de ces 60 dernières années dans le même panier que nos plaies d'aujourd'hui, voire de la maudite instabilité politique ?
On ne peut passer à pieds joints sur la décennie dite de la révolution économique jean-claudiste ?
Où sont passés les millions créés par le dur labeur des ouvrières de factory et en l'absence de toute liberté syndicale et politique ?
Et quand survint en novembre 1980 le crackdown contre la presse indépendante et contre les premiers soubresauts politiques, contrairement à ce que le régime a pu croire : son problème n'était pas vraiment politique mais proprement d'ordre économique. Après une décennie de développement à marches forcées, la machine avait besoin d'être relancée. Or toutes les économies réalisées, au lieu d'être réinvesties dans le pays, avaient été placées dans des comptes en banque en Suisse aussi bien par Baby Doc que par tous nos millionnaires du secteur des affaires. Et bien entendu pour ne plus jamais revenir dans le pays, comme on sait.
Jusqu'à un fonctionnaire de l'Ambassade de Suisse qui nous disait que celle-ci ne sait quoi faire pour remettre à Haïti le reliquat de la fortune détournée par Baby Doc Duvalier !
Voici plutôt où il faut faire remonter la crise actuelle.
Ce n'est pas la subvention de la gazoline à la pompe qui doit porter la responsabilité de nos malheurs actuels.

Haïti en Marche, 15 Avril 2017

Les Toutes Dernières

26 avril 2017 01H38
MIAMI-DADE COUNTY  AVI SOU ODYANS PIBLIK (3)
Yap avize ke jou madi 2 me 2017, pandan yon reyinyon ki pral fèt vè 9…
26 avril 2017 01H36
DONNER LE TPS AUX HAITIENS RECLAME UN EDITORIAL DU WASHINGTON POST.
Nous continuons aujourd’hui avec la série concernant le TPS, le satut de protection temporaire qui avait été accordé aux Haïtiens après le tremblement de terre et qui depuis a été renouvelé chaque 18 mois par l’administration OBAMA…
26 avril 2017 01H21
LES TAUX DU 2 AVRIL 2017
 les taux du 25 avril 2017…
25 avril 2017 03H11
MIAMI-DADE COUNTY  AVI SOU ODYANS PIBLIK (2)
Yap avize ke jou madi 2 me 2017, pandan yon reyinyon ki pral fèt vè 9…
25 avril 2017 03H09
PLEASE, LET THEM STAY !
When an earthquake devastated Haiti on Jan…
25 avril 2017 03H06
Vers le vote électronique en Haïti : des étudiants développent un logiciel 
  À l’invitation de la commission des Affaires sociales, de la Famille et du Travail de la Chambre des députés, un groupe d’étudiants finissants en informatique a présenté un nouveau logiciel informatique qu’ils ont récemment développé…
25 avril 2017 03H04
LA GRAND'ANSE NE PEUT PLUS ATTENDRE !
La grand’Anse 7 mois après le passage de l’ouragan Matthew…
21 avril 2017 17H24
MIAMI-DADE COUNTY AVI SOU ODYANS PIBLIK
MIAMI…
19 avril 2017 23H21
Le Journaliste-animateur radio meurt au Canada à l'âge de 89 ans !
Jean Sorel…
17 avril 2017 23H26
TPS ?
Il faudrait prolonger le TPS POUR LES HA¨ITIENS VIVANT AUX ETATS…

Nouvelles En Bref

  • AVI SOU ODYANS PIBLIK
  • RD-HAITI
  • Averses
  • Guy Philippe
  • Journée Mondiale des Monuments et des Sites
  • HAYO
  • Insécurité
  • Nuit musicale féminine
  • REMOBILISATION DES FORCES ARMEES
  • Le Ministre de l’Intérieur provoque un tollé
  • Journée nationale de la diaspora
  • Travaux de curage
  • Gouvernement Nominations
  • APPEL URGENT AUX NATIONS UNIES
  • MINUJUSTH

Yap avize ke jou madi 2 me 2017, pandan yon reyinyon ki pral fèt vè 9:30 nan maten nan Sal Komisyon Konte Miami-Dade(BCC) a, ki nan dezyèm etaj 111 NW 1st Street, Miami, Florid la , Komite Transpòtasyon ak Travo Piblik ki fè pati BCC a pral diskite Odyans

Article Complet

République Dominicaine, le 20 avril 2017.- La Fondation Zilé a rendu un vibrant hommage à 10 personnalités des deux côtés de l'Ile oeuvrant dans plusieurs sphères d'activités au profit d'une bonne et fructueuse relation binationale.
Durant la commémoration de la journée nationale de la diaspora haïtienne, le jeudi

Article Complet

MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES
Port-au-Prince, le samedi 22 avril 2017 : L'activité météorologique, dominée par deux creux de surface respectivement au sud-ouest de Cuba et de la Jamaïque maintiennent un temps potentiellement humide et instable sur les grandes Antilles et occasionne des activités pluvieuses intermittentes, par

Article Complet

A environ une semaine du procès de Guy Philippe, les avocats de ce dernier ont déposé une requête sollicitant une audience au cours de laquelle il plaidera coupable. Cette audience, dénommée en Anglais " change of plea hearing", devait avoir lieu le lundi 24 Avril 2017, à 2:30 PM

Article Complet

Port-au-Prince, Mardi 18 avril 2017.- Le Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) a lancé, de concert avec l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National (ISPAN), le Ministère du Tourisme et le Bureau National d'Ethnologie (BNE), mardi 18 avril, une série d'activités devant marquer la célébration de

Article Complet

Une organisation Haitiano-Américaine qui excelle dans la Diaspora Haïtienne de Miami. Il a été porté à notre attention que la Haitian-American Youth Organisation de Kendall (HAYO) fondée en 1998 par l'écrivaine/poètesse Mireille Sylvain- David a été sélectionnée et proclamée par le "Dade County Public School" le Mercredi 13

Article Complet

Samuel Alcide est le nom de l'agent de la PNH qui a été tué par balles. Son numéro de matricule est le 15 26- 22-15538, selon les premières informations recueillies.
L'attaque a été perpétré précisément à la ruelle Berne, à proximité de l'Olympic Market. Article Complet

République Dominicaine, le 21 avril 2017.- Le centre culturel d'Espagne en République Dominicaine a été le lieu qui a reçu cette soirée, avec quatre (4) femmes de talent extraordinaire comme : Claudia Barbara PHILOGENE, une étoile montante de la musique haïtienne, la diva Tamara SUFFREN, Xiomara FORTUNA et Darline

Article Complet

Les ministres exposent leur feuille de route au Sénat Article Complet

Le Sénateur Antonio Cheramy a particulièrement critiqué le ministre de l'Intérieur, Max Rudolph St Albin qu'il accuse de vouloir gaspiller les fonds publics sur la base notamment d'une lettre qui circule sur les réseaux sociaux selon laquelle, le ministre sollicite un montant de 100 millions de gourdes du

Article Complet

Jovenel Moise promet à la Diaspora qu'il aura trois députés et un Sénateur siégeant au Parlement Haïtien. Il a pris cet engagement mercredi 19 avril dans le cadre du lancement des activités commémoratives de la journée nationale de la diaspora, le 20 avril. Article Complet

Le Président de la République, Jovenel Moïse, accompagné de la Première Dame, Mme Martine Moïse, a lancé, vendredi 21 Avril, les travaux de curage du Canal Rockfeller, communément appelé Canal de l'Orphelin et au Canal Saint Georges, à Cité Soleil, rapporte Haiti Press Network. Article Complet

Des citoyens dénoncent les récentes nominations effectuées dans l'administration publique par le nouveau gouvernement et lancent un SOS en faveur « d'une administration publique éthique et de résultats ». Dans une note de protestation en date du 17 avril et signée par près d'une quarantaine de cadres professionnels, ces derniers

Article Complet

A la veille de la réunion du Conseil de Sécurité où la decision de fermer la MINUSTAH cette mission très critiquéex qui se trouve en Haïti depuis 2004, les lauréats de CINQ prix Nobel de la Paix ont lance un appel au Nations Unies lui demandant de réparer

Article Complet

Le conseil de Sécurité des Nations Unies a unanimemet decide le Jeudi 13 avril de fermes sa mission de 13 ans s'opérations de maintien de la paix d'ici la mi-octobre et de la remplacer par une nouvelle mission beaucoup moins importante en nombre wr qui répondra au nom

Article Complet