Haïti: départ pour le Chili Haïti: départ pour le Chili  

HAITI-IMMIGRATION


Qu'est-ce qui met en fuite les jeunes Haïtiens ?


PORT-AU-PRINCE, 12 Octobre – Ce sont des centaines de jeunes gens qui laissent le pays tous les jours pour aller chercher un avenir sous d'autres cieux.
Aujourd'hui c'est le Chili. Dans ce grand pays du Sud-Amérique, ils ont la promesse de trouver un emploi. Et même si possible de continuer leurs études.
D'autant que le Chili pour le moment n'impose pas l'obligation d'un visa d'entrée.
Le déplacement n'est pas sans risque. Différence de langue et de culture. Et de climat. Mais l'effet du nombre, l'esprit communautaire l'emporte. C'est tous pour un et un pour tous.
Cela ne peut ne pas nous rappeler le grand mouvement d'émigration des années 1960. Des milliers d'universitaires haïtiens, jeunes et moins jeunes, d'un seul coup partant sans demander leur reste ... pour le Congo.
Ce ne fut pas chose aisée. D'abord notre pays était moins ouvert sur le monde qu'aujourd'hui. Ensuite, le Congo ce n'est tout de même pas la porte à côté.
Et pourtant, comme dit le poème : combien de marins, combien de capitaines qui sont partis joyeux pour des terres lointaines.
D'abord l'emploi était assuré. Ce sont les Nations Unies qui recrutaient des enseignants pour ces nouvelles nations indépendantes d'Afrique.
Ensuite, toute la famille était prise en charge.
Mais encore plus, et pardessus tout, il fallait fuir à tout prix cet enfer qu'était devenu Haïti sous la dictature impitoyable d'un nommé Papa Doc.
Ce dernier avait montré de quoi il était capable pour garder éternellement le pouvoir. Tuer jusqu'au dernier.
De plus il avait les Etats-Unis de son côté dans la lutte contre le communisme ou Guerre froide.
Votre seule chance, pourvu que vous ne fussiez pas disposé à baisser les bras ou à courber la tête, était donc dans la fuite. Ou finir votre vie dans les bayahondes derrière le sinistre Fort Dimanche, la Bastille du régime.
Pourquoi, contrairement à aujourd'hui, on en trouvera de toutes les catégories sociales à prendre le chemin du Congo....


D'autres causes de la crise économique haïtienne ...

JACMEL, 15 Avril – Les arguments d'aujourd'hui ne peuvent pas pouvoir ni vouloir expliquer toutes nos erreurs d'hier. Comme une analyse économique qui ferait remonter le marasme d'aujourd'hui à 1957 sous le prétexte que c'est le régime Duvalier qui a précipité le pays dans la crise économique en installant la dictature à vie.
Certes la dictature de trente ans a constitué un frein au développement mais Papa Doc n'a rien à voir avec les millions de la dette externe qui constituent aujourd'hui plus que jamais un boulet à tout effort de développement de notre part.
Comme ce projet de rénovation de l'aéroport international de Port-au-Prince avec une banque de Pékin, auquel nous avons dû renoncer parce que le pays n'ayant pas le doit de s'engager pour plus de 1,3% avec qui que ce soit en vertu de l'accord annulant notre dette externe au lendemain du séisme de janvier 2010.
La dictature, c'est triste à dire, a du bon en ce sens que le dictateur étant seul maitre à bord, il ne peut le reprocher à personne quand quelque chose ne va pas.
Aussi est-ce Papa Doc qui, en 14 ans de règne (1957-1971), a construit le premier et jusqu'à présent le seul aéroport international du pays, celui de Port-au-Prince, ainsi que la centrale hydroélectrique de Péligre qui, elle aussi, reste la seule en son genre. Dans l'un comme dans l'autre cas, nous n'avons pas fait mieux depuis.
Tout comme le fils, Baby Doc, a construit un important réseau national de téléphonie, la Teleco, en son temps l'un des plus modernes de la Caraïbe avec la station terrienne de Cabaret (au nord de la capitale). Etc.
Nous n'avons rien inventé depuis de plus important comme instrument de développement. Hélas.

Des caisses bien pleines ! ...
Quant à la dette externe, il faut rappeler que François Duvalier, un vieux de la vieille, savait que d'une façon indirecte c'est encore elle qui peut constituer le plus grand empêchement au développement d'un pays quand celui-ci ne dispose pas des infrastructures appropriées pour transformer cette dette en instrument réel de développement.


Aussi s'arrangea-t-il pour laisser à son successeur, Jean-Claude Duvalier dit Baby Doc, un important excédent budgétaire, en un mot des caisses bien pleines, qui permirent au régime de ne pas avoir besoin de courtiser tout de suite les grandes institutions de financement.
D'autant plus que les Haïtiens s'étaient habitués depuis à se serrer la ceinture.
Et que vit-on ? Faut l'avoir vécu pour le croire. Ce sont ces dernières, lesdites grandes institutions internationales de crédit, qui se sont mises à courtiser le régime sous le prétexte que : un pays ne peut pas se développer sans emprunter, etc.
Baby Doc et sa bande finirent par se laisser prendre à l'hameçon. Comme dit la Bible : ils y goûtèrent et ils virent que c'était bon. Et depuis ils ne purent s'arrêter.

28 novembre 1980 ...
Nous lisions encore récemment que la situation actuelle remonterait à 1971, et que c'est depuis que dure la descente aux enfers. Mais avec toujours les mêmes arguments : mauvaise utilisation de l'aide ainsi que de la dette, avec de plus une instabilité politique chronique.
1971, Papa Doc meurt et, sur la base d'un accord concocté avec Washington, c'est son fils, Baby Doc, qui hérite du pouvoir à vie, qu'il gardera pendant 15 ans, jusqu'au 7 février 1986.
De 1971 jusque-là, de quelle instabilité politique peut-il s'agir ?
Le pays a continué à être dirigé d'une main de fer par une dictature ne concédant aucune liberté. Les tentatives de liberté d'expression (mouvement dit de la presse indépendante) et d'exercice de quelques droits syndicaux et politiques, tolérés le temps de l'administration du président américain promoteur des droits humains, Jimmy Carter, sont écrasés dès l'accession du Républicain Ronald Reagan. C'est le crackdown historique du 28 novembre 1980.
Cela fait donc 15 ans (1971-1986), sans la moindre instabilité politique (proprement dite), et que le pays a été la propriété exclusive de la dictature (version Baby Doc) et de son principal support : la grande bourgeoisie d'affaires.

Le concept de salaire minimum ...
Outre que c'est aussi la dernière décennie qui aura été la plus favorable pour l'économie haïtienne avec l'avènement des industries d'assemblage communément appelées 'factories' (création du Parc industriel) suivi aussitôt d'une relance réelle du tourisme.
Précisons du tourisme, non de l'industrie touristique, car ce n'est pas la même chose. Tandis que nos voisins Dominicains eux mettaient au point une réelle industrie et qui fait aujourd'hui encore leur bonheur.
Du côté de la population, après avoir boudé le concept de salaire minimum (le mot minimum choquait le peuple de Port-au-Prince), le régime, avec le support de l'USAID, entreprit une grande campagne pour amener les paysans à se déplacer vers la capitale. On connaît la suite. Création de Cité Simone, futur Cité Soleil, aujourd'hui le plus hideux bidonville d'Haïti. Rapidement la capitale compte plus de 3 millions d'habitants sur une population haïtienne de quelque 10 millions.

La dette externe et son annulation-piège ...
Oui on connaît trop bien la suite ! Ce sont les troubles politiques qui suivent immédiatement la chute de la dictature en février 1986. Puis le coup d'état militaire de 1991. En réaction, la communauté internationale décrète un embargo international. Fuite des factories vers des cieux plus tranquilles, tandis que le touriste avait plié bagage depuis l'apparition du Sida (1982).
C'est depuis ce temps-là que nous avons perdu réellement les rênes de l'économie nationale.
Pris entre deux feux : d'un côté, oui désormais, l'instabilité politique perpétuelle (avec son corollaire : la disparition de l'autorité publique, un Etat impuissant) ; de l'autre la dette externe dont il est impossible de se défaire, sinon par la grâce d'une annulation mais qui vous lie encore davantage. Eh oui !
Aujourd'hui nos analystes (à court d'analyse ou plutôt à l'analyse un peu courte) portent même la responsabilité sur la subvention du pétrole à la pompe ...
Cette subvention a été permise grâce à l'accord Petrocaribe (2006), en vertu duquel nous achetons le pétrole vénézuélien à meilleur prix avec de plus la possibilité de garder une partie des revenus de la vente en guise de crédit au développement.
Mais comme on sait le pétrole ne fait aujourd'hui pas de prix. Comme il est arrivé aussi au fil des années à notre café. Les exportations de café ont constitué notre arme économique de choc jusqu'à la fin des années 1950.

Comptes en banque en Suisse ...
Par conséquent attention à cette mode de la globalisation qui mettrait toute l'histoire de ces 60 dernières années dans le même panier que nos plaies d'aujourd'hui, voire de la maudite instabilité politique ?
On ne peut passer à pieds joints sur la décennie dite de la révolution économique jean-claudiste ?
Où sont passés les millions créés par le dur labeur des ouvrières de factory et en l'absence de toute liberté syndicale et politique ?
Et quand survint en novembre 1980 le crackdown contre la presse indépendante et contre les premiers soubresauts politiques, contrairement à ce que le régime a pu croire : son problème n'était pas vraiment politique mais proprement d'ordre économique. Après une décennie de développement à marches forcées, la machine avait besoin d'être relancée. Or toutes les économies réalisées, au lieu d'être réinvesties dans le pays, avaient été placées dans des comptes en banque en Suisse aussi bien par Baby Doc que par tous nos millionnaires du secteur des affaires. Et bien entendu pour ne plus jamais revenir dans le pays, comme on sait.
Jusqu'à un fonctionnaire de l'Ambassade de Suisse qui nous disait que celle-ci ne sait quoi faire pour remettre à Haïti le reliquat de la fortune détournée par Baby Doc Duvalier !
Voici plutôt où il faut faire remonter la crise actuelle.
Ce n'est pas la subvention de la gazoline à la pompe qui doit porter la responsabilité de nos malheurs actuels.

Haïti en Marche, 15 Avril 2017

Les Toutes Dernières

19 octobre 2017 00H48
Voilà comment la MINUJUSTH sera organisée dans le pays
Après 13 ans, l’ONU tourne une nouvelle page dans sa longue histoire de maintien de paix en Haïti…
19 octobre 2017 00H38
Migrants haïtiens interceptés à French Cay
73 migrants haïtiens ont été interceptés le 16 octobre 2017 à French Cay, un îlot situé au Sud…
18 octobre 2017 20H39
Décès ce mercredi 18 octobre 2017, de Jean Claude Joseph alias Papa pyè hospitalisé depuis vendredi dernier à Orlando.
Décès ce mercredi 18 octobre 2017, de Jean Claude Joseph alias Papa pyè hospitalisé depuis vendredi dernier à Orlando…
18 octobre 2017 20H37
Haiti/RD: Bientôt une force de police conjointe pour la surveillance de la frontière
par Rezo Nòdwès Cette force de police de surveillance conjointe pour assurer la sécurité le long de la frontière haitiano…
16 octobre 2017 00H14
QUATRE MILLIONS DE DOLLAR AU PAM POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE EN HAITI.

L’USAID accorde 4 millions de dollars au Programme Alimentaire Mondial pour la sécurité alimentaire en Haïti

Le Chargé d'Affaires de l'Ambassade des États…


15 octobre 2017 23H55
Police : Les BOID font régner la terreur à Lilavois
Port…

Nouvelles En Bref

  • Naufrage
  • Foire mondiale du Tourisme
  • Fondation Lorquet
  • Gardien de sécurité tué
  • Attaque à Janet
  • Impôt locatif
  • Grève des magistrat
  • DOMINIQUE ANGLADE
  • Pitit Dessalines
  • Odette Roy Fombrun
  • Manifestations Pro-Jovenel
  • COMMUNIQUE - MINUJUSTH

En pleine mer, les équipes d'urgence ont secouru neuf rescapés du naufrage survenu au large de l'île de la Tortue.
Le Monde.fr avec AFP | 16.10.2017 à 08h21 • Mis à jour le 16.10.2017 à 14h26 Article Complet

COMMUNIQUE DE PRESSE Article Complet

Port-au-Prince -Le 16 Octobre 2017. La Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA), salue la journaliste Ruth CADET (Rédactrice au journal Le Nouvelliste), lauréate du Prix (Meilleur reportage journal) à la suite de sa participation au concours « Reportages d'investigation dans le secteur de la justice », organisé par Chemonics,

Article Complet

Après que des bandits furent entrés au restaurant Le P'tit Creux et aient tué l'agent de sécurité, un juge de paix amené sur les lieux pour faire le constat de décès afin qu'on puisse lever le corps, a décidé de passer les menottes au propriétaire de l'entreprise, victime

Article Complet

Selon le commissaire de police en charge du Commissariat de Pétion-ville, trois présumés bandits qui seraient impliqués dans l'attaque à main armée perpétrée contre le studio de Beauté « Janet », à la rue Louverture, la semaine écoulée, ont été arrêtés. Article Complet

Le Maire de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry, en visite officielle aux Etats-Unis, a signé le vendredi 15 septembre 2017, un partenariat stratégique avec la firme américaine Greenfield Advisors pour la modernisation des infrastructures visant à revigorer la mobilisation fiscale de la Ville. Article Complet

P-au-P, 09 oct. 2017 [AlterPresse] --- L'Association professionnelle des magistrats (Apm) annonce, le lundi 9 octobre, la poursuite de leur grève entamée dans les cours et tribunaux. Article Complet

Dominique Anglade poursuit son ascension au sein du gouvernement du Québec. À la suite d'un remaniement ministériel dévoilé par le premier ministre Philippe Couillard ce mercredi 11 octobre, elle devient vice-premier ministre. Article Complet

P-au-P, 11 oct. 2017 [AlterPresse] --- La plateforme politique Pitit Dessalines annonce une modification de son agenda de mobilisations contre le pouvoir en place, lors d'une conférence de presse, le mercredi 11 octobre 2017. Article Complet

P-au-P, 12 oct. 2017 [AlterPresse] --- L'éducatrice centenaire Odette Roy Fombrun souhaite la cessation des manifestations et grèves contre le pouvoir en place, après une rencontre avec le président Jovenel Moïse, le mardi 11 octobre 2017. Article Complet

Port-au-Prince, 13 octobre 2017- (AHP)- Une plateforme politique fraichement créée composée de partis et organisations proches du pouvoir en place, dénommée Ligue nationale des forces démocratiques (LNFD) annonce une série de mobilisations pour supporter les interventions et initiatives du président Jovenel Moise . Article Complet

La MINUSTAH complète son mandat et invite les autorités nationales à saisir la fenêtre d'opportunité de la MINUJUSTH

Article Complet