Recherche

Le Sénateur Hervé Fourcand accuse Natcom de corruption

Port-au-Prince, dimanche 9 avril 2017 (Rezonodwes.com)).-Les services de télécommunications d'Haïti, autrefois considérés comme une vache à lait pour les maîtres du Palais national, n'ont, paraît-il, avec Natcom, versé aucune dividende, depuis un certain temps, à l'Etat haïtien.
Le sénateur Têt Kale du Sud, Hervé Fourcand, est monté au créneau pour dénoncer la compagnie de téléphonie Natcom, pour ce qu'il considère comme « des mauvaises pratiques ». En outre, il qualifie d'inacceptable que la compagnie vietnamienne n'accorde aucun droit de signature au personnel haïtien.
M. Fourcand accuse la Natcom de pratiquer le « bypassing » pour échapper à tout contrôle de ses livres de comptabilité. Pour lui, les cartes-minutes sont truquées. Cependant le sénateur n'a rien dit sur les centimes/minutes qui avaient été collectés illégalement par Natcom pour le compte du gouvernement Tèt Kale, depuis 2011.
Il a révélé que le seul compte bancaire, au nom de Natcom, connu de l'état haïtien qui est également un grand actionnaire dans la compagnie, est libellé en gourdes. Personne ne sait rien du compte Natcom en devises américaines, affirme le sénateur du département du Sud menaçant d'ouvrir une enquête sur la corruption au sein de cette boîte, dont les hauts cadres sont Vietnamiens.
Rappelons (poursuit Rezonodwes.com) que cette compagnie qui subissait une concurrence déloyale sous l'administration Martelly-Lamothe qui avantageait la concurrence, avait dû directement engager les autorités vietnamiennes pour entamer des pourparlers avec leurs homologues haïtiens. Les bons rapports ont été scellés lors d'une visite de Laurent Lamothe au Vietnam et l'envoi sur Haïti de plusieurs tonnes de riz qui ont fait le bonheur des parlementaires de la 49eme.
La Natcom, substituée à la Teleco (entreprise nationale), rappelle un observateur, est l'un des mauvais souvenirs laissés à Haïti par René Préval qui avait liquidé plusieurs entreprises d'État à l'instar de ses prédécesseurs.