Recherche

La MINUSTAH va devenir la MINUJUSTH

Jeudi, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité, une résolution dans laquelle il décide de proroger le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) jusqu'au 15 octobre 2017 et de la remplacer ensuite par une autre mission de maintien de la Paix, plus réduite, la Mission des Nations Unies pour l'appui à la Justice en Haïti (Minujusth) 

Dans cette résolution, les quinze membres du Conseil ont décidé que la composante militaire de la Minustah « se retirera progressivement d'Haïti au cours de cette période finale de six mois, le retrait devant être terminé intégralement le 15 octobre 2017 ».

Ils ont aussi décidé de créer une nouvelle Mission de maintien de la Paix en Haïti, la Minujusth, qui comptera jusqu'à sept unités de police constituées (soit 980 personnes) et 295 policiers hors unités constituées, pour une période initiale de 6 mois allant du 16 octobre 2017 au 15 avril 2018.

Ils ont décidé également que la Minujusth sera chargée d'aider le Gouvernement haïtien à renforcer les institutions de l'État de Droit en Haïti ; d'appuyer et de développer encore la Police Nationale d'Haïti, et de suivre la situation en matière de Droits de l'homme, d'en rendre compte et de l'analyser.

Les membres du Conseil ont décidé en outre que la Minujusth sera dirigée par un Représentant spécial du Secrétaire général, qui jouera également un rôle de bons offices et de sensibilisation politique aux fins de la bonne exécution du mandat.

La Minujusth conservera sept des 11 unités de police constituées actuelles de la Minustah, déployées dans cinq départements régionaux afin de préserver les progrès accomplis ces dernières années dans le domaine de la sécurité grâce à l'appui opérationnel fourni à la police nationale et le nombre d'unités de police constituées sera réduit en fonction du renforcement progressif de la police nationale sur une période de deux ans.

Dans sa résolution, le Conseil a décidé que l'action de la Minujusth en matière d'État de Droit, notamment, selon le cas, la lutte contre la violence au sein de la collectivité ou les projets à effet rapide, s'inscrira dans une stratégie de transfert progressif et continu des activités aux acteurs du développement.