Recherche

GARR (Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés)

21 ressortissants haïtiens dont 5 usagères du marché frontalier de Banica/Biassou rapatriés à la frontière de Carisal/Elias Piña Une nouvelle pratique se développe dans les opérations de rapatriement d'Haïtiens à la frontière haïtiano-dominicaine. Des agents de la migration accompagnés de militaires dominicains ont arrêté 21 ressortissants haïtiens et les ont reconduits au point frontalier de Carisal/Elias Piña, le 9 février 2016. Au nombre desquels figurent 5 femmes commerçantes résidant à Thomassique (Centre) et qui fréquentent régulièrement le marché frontalier de Biasou/Banicá.
Ces femmes commerçantes ont été arrêtées illégalement au moment où elles effectuaient leurs transactions au marché frontalier haïtiano-dominicain de Banica/Banicá.. Les 16 autres ressortissants haïtiens qui vivaient en situation irrégulière en territoire voisin ont été interceptés en pleine rue.
Les commerçantes se sont montrées indignées et frustrées de la violation de leurs droits par les autorités dominicaines. Elles ont déclaré avoir été mises en garde à vue pendant plus de 3 heures dans une caserne militaire se trouvant à Elias Piña.
Elles en ont profité pour dénoncer cette mauvaise pratique utilisée ces derniers jours par les agents dominicains de la migration qui prétextent qu'elles sont des migrantes clandestines.
Soulignons que le 16 janvier 2017, 20 usagers de la frontière de Carisal/Elias Piña avaient été arrêtés et rapatriés illégalement à ce point frontalier dans les mêmes circonstances. Ils allaient être relâchés après avoir passé une nuit en garde à vue.
Le GARR dénonce cette mauvaise pratique enregistrée ces derniers jours dans les opérations de rapatriement à la frontière.
Il appelle les autorités haïtiennes et dominicaines à redéfinir les accords binationaux relatifs au fonctionnement des marchés frontaliers en vue d'éviter la reproduction de ces cas de violations des droits de la personne.